Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Beat Forster

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Protection de la forêt suisse
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 23 67
Fax: +41 44 739 22 15


Doris Hölling

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Protection de la forêt suisse
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 26 99
Fax: +41 44 739 22 15


Article(s)

Auteur(s): Rédaction waldwissen.net - WSL
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 78.6778.6778.6778.6778.67 (14)

Sites infestés par le capricorne asiatique en Suisse

Les premières preuves de la présence du capricorne asiatique en Suisse ont été découvertes pendant l'automne 2011. Cet insecte exotique s'attaque à diverses espèces de feuillus - même lorsque les arbres sont sains - et peut entraîner leur mort. Il est qualifié d’organisme nuisible particulièrement dangereux, dont la déclaration est obligatoire, et qui doit être combattu de manière cohérente. L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) coordonne la lutte contre cet insecte avec les cantons concernés.

Asiatischer Laubholzbockkäfer
Fig. 1 - Ce Capricorne asiatique mâle a été découvert dans le canton de Fribourg (Suisse).
Photo: Doris Hölling (WSL)
 
Laubholzbockkäfer, glatte Flügelbasis
Flügelbasis Chinesischer Laubholzbock
Fig. 2 - La partie antérieure presque lisse des élytres permet de distinguer le capricorne asiatique (en haut) du capricorne asiatique des agrumes (en bas), chez qui cette partie des élytres est granuleuse. 
Photos: Beat Wermelinger (WSL)

La mondialisation des flux commerciaux explique que le capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis) arrive en Europe avec le bois d’emballage (p. ex. dans les palettes de granit).

Le capricorne asiatique est, aux termes de l’ordonnance du Conseil fédéral sur la protection des végétaux, un organisme nuisible particulièrement dangereux dont l’introduction et la dissémination sont interdites dans toute la Suisse: il s’attaque aux arbres feuillus sains et, en cas d’attaque importante et répétée, il peut les faire mourir en quelques années.

Les arbres atteints doivent donc être abattus - en particulier parce qu'ils peuvent devenir une menace pour la sécurité en milieu urbain. Les abords des sites infestés (=sites de reproduction dans des ligneux dans le pays d'arrivée) doivent être minutieusement inspectés pour repérer d'éventuelles autres traces. Ces mesures sont indispensables pour éviter le risque d'importants dégâts écologiques et économiques en forêt.

Quatre sites infestés en Suisse

1. Brünisried FR

En septembre 2011, un particulier a signalé un gros insecte dans son jardin à Brünisried, dans le canton de Fribourg. Des experts de l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL ont confirmé qu'il s'agissait d'un capricorne asiatique. Peu après, un collaborateur du WSL a repéré un deuxième coléoptère dans une haie ainsi que des œufs. L’Office fédéral de l’environnement et l’Office fédéral de l’agriculture, qui tous deux forment le Service phytosanitaire fédéral, ont informé les autorités du canton de Fribourg (Protection des forêts et service phytosanitaire) et les ont chargées de prendre des mesures.

En 2013, des adultes volants ont a nouveau été découverts à Brünisried. Outre l’abattage immédiat des arbres atteints, les principales essences hôtes ont également fait l’objet d’abattages préventifs massifs pendant l’hiver 2013/2014. On a ainsi pu constater que le cycle de développement du capricorne asiatique est apparemment plus long à des altitudes supérieures à 840 m. En raison des conditions climatiques et donc de la période de végétation plus courte, les larves qui ont été mises à jour à Brünisried n’avaient en effet pas achevé leur développement en automne. Elles n’auraient atteint le stade adulte qu’au début de l’été suivant. Des arbres-pièges ont été installés pour attirer les insectes qui seraient encore présents. Les contrôles de suivi sont toutefois restés sans résultats jusqu’au début de l'été 2016.

2.  Winterthour ZH

En juillet 2012, un collaborateur des jardins municipaux de Winterthour a découvert plusieurs capricornes asiatiques dans une allée d'arbres plantée quelques années auparavant. Soixante-quatre jeunes érables sycomores ont dû être abattus. Ils ont été broyés sur place, et les déchets ont été transportés dans un containeur fermé jusqu'à l'usine d'incinération. Les souches ont été déterrées puis broyées et incinérées. Des arbres pièges ont été installés, et les arbres ont fait l'objet d'un suivi intensif impliquant des arboristes grimpeurs et des chiens renifleurs. Jusqu'en novembre 2016, aucun nouveau signe d'activité du capricorne n'a été repéré.

Le foyer est donc considéré comme éradiqué.

Le déroulement de cette infestation a montré qu’un foyer, même de taille importante, peut tout à fait être éradiqué en quatre ans. A cet effet, il est impératif d’agir dès le départ avec beaucoup de professionnalisme et de détermination. Seuls les acteurs locaux les plus expérimentés et les plus efficaces peuvent circonscrire le périmètre infesté pendant la première année. Les économies réalisées à ce stade se paient par la suite lorsque le suivi du foyer se prolong.

3. Marly FR
Laubholzbockkäfer, Reifungsfrass
Fig. 3 - Pour arriver à maturité sexuelle, plusieurs espèces de coléoptères ont besoin de pratiquer un forage de maturation dans les feuilles, les aiguilles, les pousses ou l’écorce. Les symptômes visibles sur ce rameau d'érable sont dus à un capricorne asiatique.
Photo: Beat Forster (WSL)
 
Ausflugloch des Asiatischen Laubholzbockkäfers
Fig. 4 - Le trou d'envol bien visible du capricorne asiatique a un diamètre d'environ 1 cm.
Photo: Doris Hölling (WSL)

En juillet 2014, deux capricornes asiatiques ont été trouvés à Marly (canton Fribourg). Sur place, les autorités et les spécialistes ont découvert un marronnier fortement infesté ainsi que deux érables negundo infestés à proximité immédiate du lieu de l’observation initiale. Les recherches se sont soldées par la découverte d'environ 160 adultes, d'innombrables trous d'envol sur des arbres hôtes, des trous de pontes récents et anciens, et de morsures de maturation sur des jeunes rameaux ou des pétioles.  Le service phytosanitaire cantonal a immédiatement pris d'importantes mesures de lutte. A ce jour, le suivi du site n'a mis en évidence aucune nouvelle activité (état: printemps 2016).

4. Berikon AG

Le dernier foyer découvert à ce jour concernait un érable à Berikon, dans le canton d'Argovie. Un insecte adulte a par ailleurs été découvert sur un chantier situé à proximité. Les mesures de lutte se sont achevées pendant l'hiver 2015/2016 et ont immédiatement été suivies de mesures de surveillance. Jusqu'à l'été 2016, les contrôleurs n'ont constaté aucune nouvelle activité.

Mesures prises par les autorités en cas de découverte d'un site infesté

En cas de découverte d'un capricorne asiatique, l'étendue de l'infestation doit être évaluée sur place. Des collaborateurs spécialement formés recherchent d'autres traces du ravageur autour du site. Dans tous les cas, les arbres infestés doivent être abattus et détruits. Le but principal des mesures est d'éliminer le foyer et et d'éviter la propagation de l'insecte. Le capricorne asiatique ne doit pas pouvoir s'établir en Suisse.

Détection précoce et signalement obligatoire

Le capricorne asiatique et le capricorne asiatique des agrumes sont considérés en Suisse et dans tout le continent européen comme des «organismes nuisibles particulièrement dangereux» (organismes de quarantaine) qui sont soumis à des mesures officielles de surveillance et de lutte. De ce fait, leur manipulation est en principe interdite en Suisse et, en vertu de l’ordonnance sur la protection des végétaux (OPV), toute infestation doit obligatoirement être signalée et combattue.

Il est essentiel de déceler à temps tout foyer d’infestation. Comme le capricorne asiatique ne vole pas très loin et qu’il lui faut généralement deux ans pour se développer dans le bois, il est réaliste d’espérer que de petits foyers pourront être assainis. Toute plante ligneuse et tout produit en bois infestés, comme les cageots, palettes ou bois de feu, doivent être immédiatement détruits. Les branches d’un diamètre dépassant 3 cm peuvent être colonisées. Tout ce matériel doit être broyé et / ou éliminé dans une usine d’incinération.

Que faire en cas de soupçon d’infestation?
  • Capturez le coléoptère et conservez-le dans un récipient fermé en verre ou en métal.
  • Photographiez-le et vérifiez s’il s’agit de la bonne espèce (en vous aidant par exemple de la Notice du praticien publiée par le WSL).
  • Informez rapidement par téléphone le service phytosanitaire ou forestier de votre canton en indiquant vos nom, adresse, numéro de téléphone, courriel, lieu exact de la découverte et adresse de reprise

Ne pas confondre avec des coléoptères indigènes!

La Suisse compte plusieurs espèces de capricornes qui ressemblent au capricorne asiatique. Certaines de ces espèces sont rares, menacées et donc protégées. Ne tuez aucun coléoptère suspect, mais capturez-le dans un verre muni d'un couvercle, et contactez les services responsables.

Risques de confusion avec les espèces de coléoptères indigènes (PDF)

Schusterbock (Monochamus sutor)Alpenbock (Rosalia alpina)Schulterbock (Oxymirus cursor)Moschusbock (Aromia moschata)

En haut à gauche: Monochame (Monochamus sutor)     En haut à droite: Rosalie des Alpes (Rosalia alpina)
En bas à gauche: Oxymire coureur (Oxymirus cursor)    En bas à droite: Aromie musquée (Aromia moschata)

Photos: Thomas Reich (WSL)

.

Notice pour le praticien: Espèces invasives de capricornes provenant d'Asie

Une notice du WSL décrit la biologie et l'importance du  capricorne asiatique (Anoplophora glabripennis) et du capricorne asiatique des agrumes (Anoplophora chinensis). ll résume les risques de confusion avec des espèces indigènes et présente les mesures de lutte possible.

Télécharger la notice (PDF)

Télécharger

Liens externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net