Habitat

Terrain forestier semi-ouvert, dans des stations chaudes: pinèdes ou chênaies buissonnantes lâches et pelouses steppiques parsemées de buissons. Dans les forêts de production, seules les surfaces de rajeunissement, les clairières, les surfaces versées ou brûlées sont utilisées. Autrefois présent aussi dans les forêts parcourues et dans le taillis. L'espèce a besoin soit d'une forêt ouverte avec une strate supérieure lacunaire ou, si la fermeture des houppiers est complète, de surfaces ouvertes comme terrain de chasse. Sillonne aussi les pelouses steppiques et les vignes à la recherche de nourriture.

Exigences en surface

Densités de colonie: entre 2 et 10 couples maximum / km2. La présence sur ce territoire d'une surface de boisement très clairiéré de 0,5 à 1 ha est indispensable.

Nourriture

Chasse au crépuscule et durant la nuit, principalement des papillons de nuit, mais aussi d'autres insectes volants, souvent à proximité du sol (le rayonnement attire les insectes). Chasse aux endroits riches en insectes, p. ex. les lisières, les bosquets riverains, mais aussi les routes vers lesquelles les insectes sont attirés par la lumière.

Comportement

Actif au crépuscule et de nuit. Durant la chasse, vol silencieux, virevoltant et capricieux, sinon plutôt lent et balancé. Se tient tout le jour sur le sol, sur une souche ou sur une branche, dans le sens de la longueur, les yeux entièrement fermés sauf une petite fente. La couleur de son plumage est un excellent camouflage. Ronronnement sonore.

Appelé parfois crapaud volant ou tète-chèvre, il a inspiré autrefois de nombreuses croyances. Selon une légende ancienne, il se rendait dans les étables pour téter au pis des chèvres et des vaches.

Menaces

    • Perte d'habitat dans les stations au climat favorable, en raison de l'extension du vignoble ou des constructions et à cause du trafic ainsi que de la densification de forêts autrefois claires.
    • Embroussaillement des clairières en forêt.
    • Risque d'accident en chassant à proximité de routes.

    Promotion

    Les exigences de l'engoulevent d'Europe ne peuvent être suffisamment couvertes avec la seule sylviculture proche de la nature. En complément aux instruments usuels de la protection de la nature, l'Engoulevent d'Europe a besoin d'un programme d'encouragement spécifique.

    Dans les forêts des stations chaudes et sèches, les mesures suivantes sont favorables:

      • Protéger les pinèdes et les chênaies buissonnantes lâches.
      • Ouvrir les pinèdes et les chênaies buissonnantes.
      • Apporter de la lumière dans les forêts et créer des trouées sans dérangements comme sites pour nicher et chasser, sur des stations superficielles.
      • Mettre en place des surfaces de compensation écologique dans le vignoble environnant.

      Répartition en Suisse

      Niche surtout dans des stations chaudes, de basse altitude et sur des versants sud aux conditions climatiques favorables jusqu'à 1400 m. La majorité de l'effectif se concentre dans le canton du Valais, sur des versants sud entre Martigny et Brigue.

      Principales caractéristiques: Oiseau aux ailes allongées, couleur écorce. Très bien camouflé au sol ou sur une branche.

      Taille et poids: 24–28 cm, 70–100 g

      Espèces semblables: Aucune

      Nidification: Sol

      Ponte: 1 ou 2 pontes de 2 oeufs

      Incubation: 17–18 jours

      Séjour au nid: 16–17 jours

      Comportement migrateur: Migrateur au long cours, nocturne

      Population en Suisse: 50–70 couples

      Tendance: N'a jamais été fréquent en Suisse. Une des espèces avec une très grosse diminution de l'aire depuis les années 70. Disparu du pied sud du Jura, de la partie ouest du bassin lémanique, du Plateau et des vallées à foehn de Suisse centrale.

      Liste rouge suisse: En danger