Habitat

Grandes zones forestières avec des arbres vieux et gros, pas trop denses (espace pour le vol!). Les facteurs importants sont les possibilités appropriées de nidification et les sources de nourriture. Habituellement dans des peuplements fermés. Dans les forêts de feuillus et de résineux, avec préférence pour les hêtraies-sapinières. Établit 8 à 10 cavités (loges) dans son territoire pour dormir et nicher dans des gros troncs sans branches, à écorce lisse, sains ou pourris à coeur (à partir de 4 m de haut). L'arbre à cavités idéal est un hêtre d'au moins 100 ans, avec un diamètre de 40 à 70 cm. L'approche doit être dégagée. L'arbre de nidification peut aussi être dans un bosquet relativement petit. Les biotopes de nourriture sont de vastes forêts mixtes ou résineuses avec une structure lâche et une offre élevée en arthropodes vivant dans le bois.

Exigences en surface

En général 1 km2 par couple. Sur le Plateau suisse, dans une hêtraie-sapinière optimale, 0,8 couple /km2.

Nourriture

Le pic noir recherche sa nourriture dans les troncs, les souches et le bois par terre. Il se nourrit principalement de fourmis, de leurs larves et de leurs nymphes, d'insectes vivants dans le bois et l'écorce, surtout des coléoptères (scolytes et longicornes). Il ne dédaigne pas non plus les chenilles, les araignées, les escargots et rarement des baies et des fruits.

Promotion

  • Allonger les révolutions.
  • Préserver des arbres à cavités connus et potentiels; minimum une tige de réserve par ha. Garantir les arbres à pic noir non pas de manière isolée, mais dans des surfaces de vieux bois de 2 à 5 ha avec des révolutions de 200 ans au moins.
  • Pour le pic noir, une répartition groupée de vieux arbres avec approche dégagée est plus intéressante que des vieux arbres isolés dans de jeunes peuplements.

Fonction pour d'autres espèces

Le pic noir est l'espèce de pic qui construit les plus grandes cavités et aménage ainsi la forêt pour les autres grands cavernicoles comme le pigeon colombin, la chouette hulotte, la chouette de Tengmalm, le choucas des tours et pour la martre. Les locataires suivants seront l'étourneau, le loir, les chauves-souris, les frelons et les abeilles sauvages.

Dans les parois des anciennes cavités du pic noir, on trouve deux des insectes les plus menacés d'Europe, à savoir, la potosie vert métallique (Potosia ou Protaetia aeruginosa) et le pique prune (Osmoderma eremita)

    Répartition en Suisse

    Dans toutes les régions fortement boisées des plaines jusqu'à la limite supérieure de la forêt. Répartition concentrée à l'étage montagnard et subalpin du Jura occidental et du nord des Alpes.

    Principaux critères d'identification: Le plus grand pic européen, environ de la taille d'une corneille. Plumage noir; mâle avec une calotte rouge, femelle avec tache rouge sur la nuque. Bec et iris clairs; cri portant très loin. Contrairement aux autres pics, son vol n'est pas ondulé.

    Taille et poids: 45 cm, 300–350 g

    Espèces semblables: En vol, confusion possible avec la corneille et le grand corbeau.

    Nidification: Cavités (loges) qu'il creuse lui-même.

    Ponte: 1 ponte de 4 à 6 oeufs

    Incubation: 12–14 jours

    Séjour au nid: 24–28 jours

    Comportement migrateur: Sédentaire

    Population en Suisse: 3000–5000 couples

    Tendance: Aire de répartition et effectifs stables depuis les années 70

    Liste rouge CH: non menacé

    Traduction : Michèle Kaennel Dobbertin (WSL)