Habitat

On distingue chez la mésange boréale les deux sous-espèces mésange alpestre et mésange des saules.

  • Mésange alpestre: forêts de résineux des zones supérieures, jusqu'à la limite supérieure de la forêt. Évite les boisements fermés d'épicéas.
  • Mésange des saules: forêts feuillues ou mixtes humides et riches en sous-bois en plaine et dans le Jura, souvent avec du bouleau, de l'aulne et du saule; préfère les aulnaies et les forêts alluviales riches en buissons. Souvent dans les bosquets riverains et dans les marais.

Les deux sous-espèces creusent souvent elles-mêmes leur nid, mais ont pour cela besoin de bois mort pourri. On trouve suffisamment de sites de nidification dans les forêts de montagne. Dans les régions de plaine en revanche, le bois mort nécessaire pour creuser la cavité fait parfois défaut.

Exigences en surface

Territoire de 5 à 10 ha.

Nourriture

Principalement des araignées et des insectes. Dans les zones supérieures, aussi des graines, plus particulièrement en automne et en hiver.

Comportement

Creuse souvent elle-même ses cavités dans du bois facile à travailler, dans des troncs ayant un DHP d'au moins 10 cm. Les cavités se situent en général à moins de 2,5 m du sol. En dehors de la période de nidification, forme souvent des groupes avec d'autres espèces comme la mésange huppée, la mésange noire, les roitelets, le grimpereau des bois et la sittelle torchepot.

Promotion

  • Laisser le bois mort qui se crée naturellement.
  • Viser une proportion de bois tendres d'environ 10 % des tiges au stade de la futaie.
  • Moins éliminer les bois tendres et les essences pionnières lors des soins aux jeunes peuplements et, si nécessaire, anneler au lieu d'abattre.
  • Scier les bois tendres 1 à 2 m au-dessus du sol lors des exploitations, laisser le chicot debout.
  • Dans les bosquets riverains, laisser si possible les bois tendres debout jusqu'à renversement.
  • Laisser les petits arbres sans valeur qui pourrissent précocement.
  • Maintenir les arbres connus pour la nidification.
  • Établir dans la surface forestière un réseau de quelque 10 îlots de vieux bois par km2. Taille des différents îlots: au moins 0,5-1 ha, gestion avec des révolutions d'au moins 200 ans.

    Répartition en Suisse

    • Mésange alpestre: principalement dans les forêts montagnardes et subalpines à partir de 1000-1200 m jusqu'à la limite de la forêt. Répartition principale dans les Alpes centrales et en Engadine. Absente au nord-est de la Suisse.
    • Mésange des saules: dans le Jura dès 800 m, mais presque seulement à l'ouest du Weissenstein (SO). En plaine, petites populations locales (région de Bâle et le long des principaux cours d'eau).

        Principales caractéristiques: Dessus brun-gris, dessous blanc brunâtre mat; calotte noire de suie. Pas de différences entre les sexes. En Suisse, on différencie deux sous-espèces sur la base du chant: mésange des saules et mésange alpestre.

        Taille et poids: 12 cm, 9–12 g

        Espèces semblables: Mésange nonnette: très semblable, mais sans la tache alaire claire et avec une bavette noire plus petite. Le chant reste le meilleur critère de différenciation.

        Nidification: Cavités d'arbres

        Ponte: 1 ponte de 6–10 oeufs

        Incubation: 14 jours

        Séjour au nid:: 18 jours

        Comportement migrateur: Sédentaire

        Population en Suisse: 30'000–70'000 couples

        Tendance: Les effectifs de la mésange alpestre dans les forêts de montagne sont stables, ceux de la mésange des saules sur le Plateau sont en recul.

        Liste rouge suisse: Non menacé