Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Daniel Rigling

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Phytopathologie
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 24 15
Fax: +41 44 739 22 15


Valentin Queloz

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Protection de la forêt suisse
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 23 88
Fax: +41 44 739 22 15


Article(s)

Auteur(s): Reinhard Lässig
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 89.089.089.089.089.0 (3)

Le flétrissement du frêne est arrivé au Tessin

markantes Zweigsterben
Figure 1 - Ce frêne atteint de flétrissement est reconnaissable au dépérissement marqué de ses rameaux.
Photo: Protection de la forêt suisse (WSL)

Le flétrissement du frêne a continué à s’y répandre et à se renforcer en 2013. L’agent pathogène a réussi à gagner le Tessin et les vallées secondaires des Grisons et des Préalpes, ainsi que la Suisse romande jusqu’à Genève.

L’agent pathogène du flétrissement (ou chalarose) du frêne, en provenance d’Extrême-Orient, est appelé Hymenoscyphus pseudoalbidus ou Chalara fraxinea suivant la forme sous laquelle il se manifeste. Ce champignon a été observé pour la première fois en Europe dans les années 1990. Depuis 2008, les frênes sont atteints aussi dans le nord de la Suisse, et depuis 2013 la maladie se manifeste également sur le versant sud des Alpes. Les premières fructifications du champignon ont été découvertes près de Faido (TI) sur des pétioles de feuilles tombées à terre.

Ses spores ont probablement été transportées par le vent au-dessus des Alpes, ou amenées dans le Tessin avec des marchandises sur des feuilles infectées. En avril 2014, de jeunes frênes manifestement atteints par la maladie ont été découverts dans la Valle Maggia près de Riveo et dans le Val Bavona près de Foroglio. Le flétrissement du frêne devrait se répandre désormais rapidement également dans le Tessin. Cette maladie n’a été observée jusqu’ici chez nous que sur le frêne commun (Fraxinus excelsior), qui est le deuxième feuillu le plus abondant en Suisse, après le hêtre.

Le champignon aux portes de Genève

Les prélèvements du service spécialisé Protection de la forêt suisse à l'Institut fédéral de recherche WSL montrent que la maladie progresse dans les vallées secondaires, tant dans le canton des Grisons que dans les Préalpes. En Suisse romande, les frênes sont désormais touchés le long du Lac Léman (fig. 2). Dans de nombreuses régions affectées sur le Plateau, les arrondissements forestiers ont annoncé une progression de la maladie dans les populations d’arbres jeunes ou âgés. Les frênes situés sur des sols humides ou dans des lieux à forte humidité atmosphérique sont les plus affectés par le champignon.

La maladie fait dépérir en premier lieu les jeunes pousses latérales et finales (fig. 1). L’arbre forme alors des pousses de remplacement qui apparaissent sur les parties encore saines, avec une évolution vers des formes en buissons. Le champignon attaque non seulement les feuilles, mais aussi l’écorce, où il provoque des nécroses. Si les tissus sont nécrosés sur tout le pourtour de la branche, l’alimentation en eau et en nutriments des parties de la plante situées plus haut est interrompue. On observe alors des symptômes évidents de dépérissement, surtout sur les jeunes arbres. Les frênes peuvent également repousser l’infection, cicatriser les blessures et empêcher la progression du champignon dans le bois, de telle sorte que les nécroses ne sont souvent actives que pendant un an.

 
Répartition du flétrissement du frêne en Suisse 2014
Figure 2 - Répartition du flétrissement du frêne en Suisse. Carte: Protection de la forêt suisse (WSL)

Les vieux frênes peuvent également dépérir

Nekrosen am Stammfuss junger Eschen
Figure 3 - Le pied de ce jeune frêne a d’abord été nécrosé par l’agent pathogène Chalara fraxinea avant d’être attaqué par l’armillaire.
Photo: Daniel Rigling (WSL)

Une infection se renouvelant chaque année entraîne une mort rapide, surtout chez les jeunes frênes. Par contre, les arbres âgés survivent souvent à une attaque pluriannuelle des champignons, mais avec une proportion de branches mortes en couronne qui augmente. Plus l’infection est importante, plus les frênes âgés risquent également de dépérir, même si les surfaces touchées sont relativement petites.

On observe de plus en plus souvent des nécroses à la base du tronc, et pas seulement en couronne (fig. 3). Les frênes sont touchés par ce phénomène quel que soit leur âge, même si aucun symptôme de la maladie n’apparaît en couronne. Il semble que l’agent pathogène pénètre dans l’écorce au pied du tronc et la fasse dépérir. Presque toujours, cette étape est suivie par une colonisation d’armilliaires (Armillaria sp.) accompagnés d’une pourriture blanche progressant rapidement au niveau de la base du tronc et des racines. Une stratégie de lutte éventuelle contre le flétrissement en cours d’étude (voir encadré).

Un virus peut-il sauver les frênes?

Il n’est pas encore possible aujourd’hui de lutter efficacement contre le flétrissement du frêne. L’Institut fédéral de recherche WSL et le Nature Research Centre de Vilnius (Lituanie) étudient toutefois une piste prometteuse: les scientifiques ont pu identifier dans de nombreux échantillons de Lituanie et de Suisse un virus qui pourrait avoir le potentiel de freiner l’agent pathogène. Des expériences sont en cours pour étudier la variété génétique de ce virus et pour tester dans quelle mesure il peut limiter le développement du champignon. A moyen terme, les deux groupes de recherche veulent développer une méthode permettant de lutter biologiquement contre le flétrissement du frêne.

Liens externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net