Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Joana Beatrice Meyer

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Phytopathologie
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 22 49
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Joana Beatrice Meyer, Beat Forster, Salome Schneider, Beat Ruffner
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 100.0100.0100.0100.0100.0 (1)

Suintement bactérien sur des chênes rouvres

Nous nous trouvons dans le nord-ouest de la Suisse. Pour la première fois en Suisse, la présence des trois bactéries Gibbsiella quercinecans, Brenneria goodwinii et Rahnella victoriana a été attestée sur des chênes rouvres. En Grande-Bretagne, ces bactéries sont mises en relation avec le «dépérissement aigu» des chênes.

Im Frühjahr 2017 gepflanzte Traubeneiche mit Schleimfluss-Symptomen
Fig. 1 - Chêne rouvre (Quercus petraea) planté au printemps 2017 et présentant des symptômes de suintement. Cliquer pour agrandir.
Photo: Beat Ruffner (WSL)

Organismes nuisibles et dommages

Le «dépérissement aigu» des chênes est une pathologie complexe. Des facteurs divers, gel, épisodes de sécheresse, station ou âge des arbres interagissent avec des organismes nuisibles et déclenchent la maladie. Les bactéries mentionnées jouent un rôle important, tout comme l’agrile du chêne. Des lésions accompagnées d’un suintement sur le tronc et dans la couronne (fig. 1 et 2) sont les premiers symptômes d’un dépérissement aigu du chêne.

Ces lésions apparaissent typiquement au printemps et en automne. Sous l’écorce, elles se manifestent par des taches humides et foncées (fig. 3) qui se propagent jusqu’à l’aubier. Les chênes atteints dépérissent souvent en quelques années. Il est fréquent que plusieurs chênes de tous âges soient touchés, voire des chênaies entières.

Identité et biologie des bactéries

G. quercinecans, B. goodwinii  et R. victoriana sont des bactéries Gram-négatives en forme de bâtonnet. Une étude récente a montré par des essais d’inoculation que le suintement est causé par G. quercinecans et B. goodwinii. Le rôle de R. victoriana n’est pas bien défini. On ne peut pas exclure que d’autres bactéries soit aussi impliquées.

   
Schleimflussstelle an der Rinde innere Rinde unter der blutenden Wunde
Fig. 2 - Suintement sur l’écorce d’un chêne rouvre.
Photo: Beat Ruffner (WSL)
Fig. 3 - Sous la plaie saignante, l’intérieur de l’écorce prend généralement une coloration brune.
Photo: Joana B. Meyer (WSL)
   

Influence de l’agrile du chêne en Suisse

En Grande-Bretagne, des galeries de l’agrile du chêne (Agrilus biguttatus, fig. 4) sont présentes dans 90% des cas à proximité des suintements. Sur les chênes rouvres atteints en Suisse, des galeries courtes et irrégulières ont été observées (fig. 5). Il n’a toutefois pas été possible de confirmer la présence de l’insecte et aucun orifice de sortie n’a été détecté.

Une partie des chênes avaient déjà formé des tissus calleux sur les parois des galeries. C’est pourquoi on ne peut exclure qu’une ponte a eu lieu l’année précédente et que le développement des jeunes larves a été compromis par la suite.

   
Zweipunktiger Eichenprachtkäfer (Agrilus biguttatus) Bastschicht unter der Rinde von zwei Schleimflussstellen
Fig. 4 - Agrile du chêne (Agrilus biguttatus).
Photo:
Beat Wermelinger (WSL)
Fig. 5 - Galeries larvaires irrégulières dans la couche de liber situées sous deux suintements visibles sur l’écorce.
Photo: Sophie Stroheker (WSL)
   

Situation en Europe

Le «dépérissement chronique» des chênes est en Europe un phénomène cyclique caractérisé par des évolutions diverses de la maladie. En comparaison, le «dépérissement aigu» observé en Grande-Bretagne depuis les années 1980 est une pathologie plus agressive.

Dans ce pays, des bactéries pathogènes prélevées dans l’écorce de chênes infectés ont été isolées et étudiées pour la première fois en 2008. La présence simultanée des trois espèces G. quercinecans, B. goodwinii et R. victoriana n’a été attestée jusqu’ici qu’en Grande-Bretagne et en Suisse. La présence isolée d’espèces apparentées des genres Brenneria et Gibbsiella a été constatée en Espagne et aux Etats-Unis.

Origine et mode de transmission possibles

La présence confirmée de bactéries pathogènes sur trois chênes rouvres nouvellement plantés et provenant de l’étranger laisse supposer que le pathogène a été introduit en Suisse avec ces arbres. Jusqu’ici, aucun chêne porteur de symptômes n’a pu être détecté à proximité des trois chênes atteints.

Les plantes importées peuvent sembler saines à l’importation, mais peuvent toutefois contenir des organismes pathogènes latents. Souvent, les symptômes n’apparaissent que plus tard, par exemple sur des arbres stressés. L’agrile du chêne semble être le principal vecteur dans le cas du «dépérissement aigu» du chêne. La propagation des bactéries pathogènes peut également se faire par le vent, la pluie, les oiseaux ou l’homme.

Recommandations

Tout chêne présentant des suintements ou une infestation par l’agrile du chêne n’est pas nécessairement infesté par les bactéries en question. Il s’agit d’abord de poser un diagnostic sûr. Pour émettre des recommandations fondées, il faut étudier plus précisément l’écologie et la pathologie des bactéries décelées ainsi que les interactions entre les organismes impliqués dans cette maladie complexe.

Pour l’instant, en application du principe de précaution et pour prévenir toute propagation du pathogène, nous recommandons d’éliminer les arbres atteints ou d’empêcher l’accès au site afin d’éviter le contact avec les suintements sur les troncs. Les arbres touchés doivent être contrôlés régulièrement et éliminés si leur état de santé se dégrade. Nous renvoyons également aux recommandations faites en Grande-Bretagne et téléchargeables ci-dessous.

Signalez vos observations!

Les trois bactéries G. quercinecans, B. goodwinii et R. victoriana ne font pas partie des organismes de quarantaine en Europe. Il n’y a pas obligation de surveiller ni de signaler les infestations. Malgré cela, dans la phase actuelle de propagation précoce, nous vous prions de bien vouloir transmettre vos observations de suintements touchant les chênes à votre service cantonal de protection des forêts ou de protection des végétaux ou à Protection de la forêt suisse.

Télécharger

Lien externe

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net