Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Marco Conedera

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Écologie des communautés
Via Belsoggiorno 22
CH - 6504 Bellinzona-Ravecchia

Tél: +41 91 821 52 31
Fax: +41 91 821 52 39

Article(s)

Auteur(s): Boris Pezzatti, Marco Conedera, Andrea Kaltenbrunner
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 73.3373.3373.3373.3373.33 (10)

Swissfire – la base de données sur les incendies de forêt en Suisse

Les incendies de forêt en Suisse étaient jusqu'à 2008 documentés indépendamment par chaque canton. Depuis lors, une base de données permet de centraliser ces informations et donc d'améliorer la lutte contre les incendies.

Waldbrand
 
Waldbrand
Figure 1 – Les incendies de forêt de différents cantons suisses sont désormais documentés dans une base de données centralisée.
 
Photos: Marco Conedera (Sottostazione WSL)
 

Les statistiques sur les incendies de forêt constituent un outil indispensable au service forestier et aux sapeurs-pompiers pour planifier les installations techniques de lutte anti-incendie et les mesures de prévention. De plus, elles contribuent à optimiser les stratégies de lutte anti-incendie. À titre d’exemple, les données sur les incendies datant de plusieurs années, voire de plusieurs décennies, permettent de procéder aux analyses suivantes:

  • Détermination des régions ou des types de forêt particulièrement vulnérables aux incendies
  • Analyse du risque de feu en fonction de la météorologie (indice de risque), qui fournit le support de décision permettant d’édicter l’interdiction de faire du feu et d’organiser le service d’astreinte (ou piquet) des pompiers ou des hélicoptères en cas de risque accru.
  • Analyse des causes en vue d’optimiser les mesures de prévention
  • Analyse historique de la réussite des différentes modifications apportées à la lutte anti-incendie (nouvelles lois, progrès techniques, organisations des sapeurs-pompiers)

De nos jours, et à condition que les données soient stockées de façon cohérente et logique, ces analyses sont réalisables de façon très rapide et souple. Les meilleurs résultats s’obtiennent avec une base de données où l’administration, les contrôles et la protection des données sont organisés et où l’accès des différents utilisateurs est réglementé.

Une sauvegarde centralisée des données sur les incendies de forêt

Dans le cadre du programme national de recherche, l’institut de recherche WSL a créé dès 1993 une base de données sur les incendies de forêt du sud de la Suisse (canton du Tessin, sud du Simplon et vallées méridionales des Grisons). Jusqu’en 2004, cette base a été alimentée avec les informations de plus de 6000 incendies, dont certains dataient même du xixe siècle. À partir de 1980, le canton des Grisons a commencé à son tour à documenter systématiquement ses incendies au moyen d’un formulaire standard (environ 350 entrées jusqu’en 2004) tout en gérant lui-même ses données. Dans le canton du Valais, des recherches d’archives ont permis de saisir les principaux incendies de forêt depuis le début du xxe siècle.

Toutes ces données étaient séparées les unes des autres et certaines faisaient double emploi (Sud-Simplon et Sud-Grisons). En 2005, une mise à jour des logiciels a nécessité une révision et une adaptation de la base de données. Simultanément, le service forestier du canton des Grisons a révisé sa propre application pour la détermination quotidienne du risque d’incendie (INCENDI). C’était l’occasion ou jamais de rassembler les données sur les incendies de forêt de différents cantons dans une seule et même base cohérente. Le projet "Nouvelle base de données sur les incendies de forêt" a démarré début 2005 en collaboration avec les cantons du Tessin, des Grisons, du Valais et d’Uri, qui avaient déjà travaillé avec le WSL. Les objectifs communs sont les suivants:

  • Harmoniser les données existantes
  • Mettre à disposition une plateforme conviviale pour la saisie systématique des futurs incendies de forêt
  • Créer une vaste base de données permettant d’analyser et d’évaluer les incendies des régions documentées
  • Offrir un accès à distance (saisie et analyse des données) à tous les partenaires (en fonction de leur droit d’accès)
  • Réaliser des recherches d’archives pour compléter les séries de données

Nouvelle structure des données, amélioration des possibilités d’accès

Les expériences en gestion de données sur les incendies engrangées au cours de ces dernières années par le «WSL Sottostazione Sud delle Alpi» et le service forestier des Grisons ont montré clairement que la nouvelle base devait présenter la plus grande souplesse possible en termes d’organisation des données (ex: prise en compte des fusions entre deux communes, redéfinition des régions d’incendie), en termes d’introduction de nouvelles variables (notamment les paramètres du jour) ou en termes d’intégration de nouveaux cantons.

La nouvelle structure de la base de données est composée de 6 tables principales (voir tableau 1) et de 20 tables auxiliaires. La souplesse de cette structure permet d’attribuer chaque incendie à une commune de départ de feu ainsi qu’aux autres communes éventuellement touchées. Les paramètres du jour (ex: jours fériés cantonaux; interdictions régionales de faire du feu dans le canton des Grisons) peuvent être attribués avec beaucoup de souplesse à des régions (groupes de communes) différentes ou définies ad hoc.

Tab. 1 – Structure de la base de données sur les incendies de forêt: description synthétique des 6 tables principales
Nom de la table principale  
Forêt
  • Données sur le départ de feu (lieu, coordonnées, date et heure, …)
  • Paramètres de l’incendie (surface, type d’incendie, combustible, origine, …)
  • Paramètres forestiers (type de forêt, essences, dégâts, …)
Sapeurs-pompiers
  • Intervention (durée, moyens, personnes, techniques,…)
  • Coûts d’intervention (coûts globaux, indemnité d’assurance, …)
SIG
  • données géoréférencées (polygone, périmètre d’incendie, surface)
Commune
  • Données concernant la commune (codage communal, nouvelle commune éventuelle, arrondissement forestier région forestière, surface forestière, …)
Région
  • Groupes de communes, référence de validité des paramètres du jour
Jours
  • Paramètres du jour (vacances, interdiction de faire du feu, astreinte des hélicoptères, astreinte du service forestier, périodes de sécheresse, situation de foehn, indice de risque d’incendie, …)


Le WSL assure une gestion centralisée de la banque de données, car les informations rassemblées sont très intéressantes, voire indispensables, pour la recherche. Les saisies sont effectuées par le service forestier ou les sapeurs-pompiers. La première instance de contrôle et d’entrée est le responsable cantonal. Pour le moment, seul le Tessin prévoit une participation active et directe des sapeurs-pompiers. Le flux d’information est représenté schématiquement dans la figure 2. Chaque canton a droit, s’il le souhaite, à un accès complet assorti des autorisations de saisie, de contrôle et de consultation de ses propres données. Des statistiques annuelles standard sont générées automatiquement pour les cantons ou peuvent être directement établies par chaque utilisateur. En revanche, les analyses approfondies nécessitent des requêtes supplémentaires ciblées.

Flux d’information de la banque de données sur les incendies de forêt
Figure 2 – Flux d’information de la banque de données sur les incendies de forêt
 

Exemples d’application

Les informations contenues dans une base de données sont particulièrement intéressantes lorsque l’on dispose de longues séries. Elles permettent d’analyser l’évolution d’un phénomène sur une période plus longue. La répartition des incendies causés par la foudre est un exemple d’analyse de ce type, même si elle se limite à 20 ans. Le modèle de répartition des incendies de forêt est également intéressant. La répartition cartographique du périmètre de feu permet par exemple de représenter avec précision le régime d’incendie de chaque point d’une région (figure 3). Les informations ainsi obtenues sont capitales pour évaluer les conséquences écologiques des incendies de forêt. Inversement, il est également possible d’analyser la répartition géographique d’un certain type de feu, comme par ex. les points de départ des incendies de foudre lors de la canicule de l’été 2003.Anwendungsbeispiele

Modèle de répartition des incendies de forêt dans la région de Vico Morcote, Tessin.
Figure 3 – Modèle de répartition des incendies de forêt dans la région de Vico Morcote, Tessin.
 


  • Traduction : Stéphanie Rüling-Moreau

Ouvrages de référence

  • Conedera, M.; Marcozzi, M.; Jud, B.; Mandallaz, D.; Chatelain, F.; Frank, Carmen; Kienast, F.; Ambrosetti, P.; Corti, G., 1996: Incendi boschivi al Sud delle Alpi: passato, presente e possibili sviluppi futuri. Bericht NFP 31. Zürich, vdf Hochschulverlag. 143 S.
  • Gimmi, U.; Bürgi, M.; Wohlgemuth, T., 2004: Wie oft brannte der Walliser Wald im 20. Jahrhundert? Schweiz. Z. Forstwes. 155, 10: 437-440.
  • Jud, B.A.; Frank, Carmen, 1996: Ein Informationssystem für Waldbrände auf der schweizerischen Alpensüdseite. Schweiz. Z. Forstwes. 147, 12: 961-969.

Lien externe

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net