Waldwissen-Logo

Publicité

Login

Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Matthias Erni

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Systèmes de production forestière
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tél: +41 44 739 21 24
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Matthias Erni, Oliver Thees, Renato Lemm
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 66.6766.6766.6766.6766.67 (1)

Potentiels du bois usagé pour l’exploitation énergétique

Résultats d’une enquête exhaustive

La présente étude s’appuie sur une enquête exhaustive et s’intéresse aux différents types de bois usagé en Suisse et à leur utilisation. À cette occasion, une base de données a été créée pour fournir des informations par canton sur les potentiels du bois usagé et sur son utilisation.

Paletten-Altholz
Fig. 1 - Le bois usagé peu souillé (par exemple les palettes) pourrait être utilisé en respectant les prescriptions pour la protection de l’air.
Photo: Doris Hölling (WSL)

La présente étude a été effectuée dans le cadre du Centre de Compétence Suisse de la Recherche en Bioénergie (SCCER BIOSWEET), auquel participe l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), et qui a entre autres évalué les potentiels énergétiques de toutes les biomasses intéressantes en Suisse.

Les questions suivantes semblaient pertinentes :

  • Quelles sont les quantités actuelles de bois usagé, et comment sont-elles réparties géographiquement ?
  • Quelles quantités de bois usagé sont utilisées, pour quelles utilisations ?
  • Quelle est la disponibilité pour une utilisation énergétique ?
  • Comment pourrait-on modifier cette disponibilité à l’avenir ? Quelles quantités de bois usagé sont utilisées aujourd’hui, entre autres à l’étranger, et quelles sont celles que l’on pourrait utiliser à l’avenir dans notre pays ?

Le bois usagé est une matière première convoitée, disponible lorsque les produits en bois atteignent la fin de leur cycle de vie. Il provient essentiellement de chantiers, démolitions, rénovations et transformations, mais aussi d’emballages et de broyats dont les teneurs en polluants respectent les prescriptions pour le recyclage et la valorisation thermique des déchets (voir OMoD).

Dans les entreprises, on considère toutefois comme bois usagé tout type de bois qui a déjà été utilisé une fois. Cela englobe également les déchets de bois problématiques ainsi que les déchets encombrants à base de bois. Dans l’étude mentionnée, le terme bois usagé est utilisé dans ce sens.

Sur la base d’une enquête exhaustive effectuée pour la première fois dans toute la Suisse, la quantité de bois usagé et les flux de bois usagé ont été étudiés en rapport avec leurs utilisations énergétiques. Menée en 2015, l’enquête s’applique aux données de l’année 2014. Au total, 567 entreprises ont été contactées. Parmi celles-ci, 105 ont été identifiées comme collecteurs de bois usagé et 344 uniquement comme transporteurs de bois usagé. Les autres n’étaient ni l’un ni l’autre, et n’appartenaient donc pas à l’échantillon final. La disponibilité pour la production d’énergie et la répartition géographique ont été examinées.

Kontainer mit Altholz
Abb. 2 - Auf Baustellen, beim Abbruch von Gebäuden, Renovationen und Umbauten fällt viel gebrauchtes Holz an. Mit diesem Altholz lässt sich Energie gewinnen.

Foto: Oliver Thees (WSL)

L’enquête a permis d’estimer les quantités de bois usagé (i) théoriquement disponibles, (ii) utilisables de manière durable, (iii) aujourd’hui déjà utilisées et (iv) pouvant être utilisées additionnellement. La base d’adresses a permis de situer géographiquement chacune des entreprises qui ont répondu.

Synthèse des quantités de bois usagé et des flux de matériaux

Les résultats offrent une vision différenciée des quantités de bois usagé et des flux de matériaux en Suisse.

Potentiels – quantités et disponibilités

Le tableau 1 présente une synthèse des potentiels de bois usagé. Le potentiel théorique (TP) correspond aux volumes maximaux disponibles sur le marché. Le volume de marché comprend les quantités utilisées au sein des entreprises, ainsi que les quantités qui sont vendues à des transformateurs finaux à l’étranger (fig. 1). Contrairement au volume des transactions, le volume du marché ne comprend pas les échanges internes, et donc pas les quantités qui sont traitées au sein des entreprises et qui sont donc saisies plusieurs fois. Le potentiel durable (NP) tient compte de l’utilisation en cascade et donc de l’utilisation du matériau bois usagé, ainsi que l’élimination appropriée de bois usagé pollué au niveau national et international. Le potentiel déjà utilisé (BG) correspond à la quantité de bois usagé utilisée en 2014 pour la production d’énergie dans le pays. Le potentiel additionnel utilisable (ZP) correspond à la différence entre le bois usagé durable et le bois déjà utilisé. Il fait le décompte du bois usagé déjà utilisé principalement à l’étranger pour la production d’énergie.

Potentiels de bois usagé en Suisse en millions de tonnes et énergie primaire
Tab. 1 - Potentiels de bois usagé en Suisse en millions de tonnes et énergie primaire. (L’énergie primaire correspond à la quantité d’énergie présente initialement dans la ressource, et peut être convertie en énergie secondaire par un processus qui s’accompagne de pertes).
 
Répartition géographique du volume du marché, ou potentiel théorique de bois usagé et utilisation en 2014 en Suisse
Fig.  3 - Répartition géographique du volume du marché, ou potentiel théorique de bois usagé et utilisation en 2014 en Suisse. Cliquer pour agrandir.
Très peu d’utilisation en cascade
Hackschnitzel
Fig. 4 - Bois usagé préparé pour la production d’énergie.
Photo: Cyril Inderbitzin (arv)

L’utilisation du bois usagé à des fins énergétiques est certes satisfaisante en soi, mais pour lutter contre les changements climatiques, il faudrait viser une ou plusieurs utilisations supplémentaires préalables. L’utilisation en cascade n’existe pratiquement pas aujourd’hui en Suisse, où l’essentiel du bois usagé (99 %) est utilisé directement pour la production d’énergie, et seulement 1% en tant que matériau.

Une forte proportion à l’exportation

Presque un tiers du bois usagé (0,320 million de tonnes) a été exporté en 2014 et utilisé à l’étranger pour moitié comme matériau, pour moitié pour l’énergie. Une utilisation nationale ou locale du bois usagé serait préférable pour réduire les coûts de transport et les émissions de gaz à effet de serre et créer de la valeur ajoutée locale.

Une meilleure utilisation serait possible

Il apparaît judicieux d’épuiser totalement les potentiels supplémentaires utilisables. Il serait intéressant de déterminer comment mobiliser du potentiel utilisable supplémentaire (bois usagé utilisé pour l’énergie à l’exportation). L’utilisation en cascade du bois usagé est judicieuse et souhaitable en raison de la réduction du CO2 et de la création de valeur, mais comme elle n’est guère pratiquée en Suisse, il faudrait mieux étudier les possibilités de mise en œuvre technique et économique.

Télécharger

Lien externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net