Article(s)

Auteur(s): OFEV, OFS, EFS, HAFL (Ed.)
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 50.050.050.050.050.0 (6)

Résultats du réseau d’exploitations forestières de la Suisse

Couverture
Holzschlag
Photo: Emanuel Ammon/AURA

Le réseau d’exploitations forestières est représentatif de la situation économique des exploitations forestières en Suisse. Ses principaux résultats pour la période de 2008 à 2010 montrent que, en 2010, les exploitations forestières ont affiché en moyenne une perte de 63 francs par hectare. A peine 44 % des exploitations du réseau sont bénéficiaires.

Depuis les années 80 du siècle passé, les entreprises forestières de tous les pays d’Europe Centrale sont confrontées à une baisse constante des revenus du bois. Suite à cela, des mesures ont été prises pour diminuer les coûts d’exploitation et accroître la flexibilité. Parmi ces mesures figurent principalement de nouvelles orientations stratégiques, une réduction des frais administratifs ainsi qu’une diminution des capacités des entreprises en faveur d’une intégration accrue de prestataires forestiers dans le processus de production de bois.

Les résultats sont parfois impressionnants: c’est ainsi que dans les grandes forêts privées autrichiennes, on est parvenu à réduire les coûts de récolte du bois de 45 % entre 1990 et 2005. En Allemagne, les revenus nets de l’exploitation forestière dans les forêts privées et communales ont progressé depuis 2003 de manière continue pour s’établir à plus de 150 EUR/ha en 2007. Pour l’année 2010, l’Office bavarois des forêts a fait état d’un ratio de bénéfices de 16 %, tandis que ce ratio est de 15 % selon les chiffres des Offices fédéraux autrichiens des forêts.

En Suisse également des efforts ont été faits afin de baisser les coûts; c’est ainsi que ceux de la récolte du bois ont diminué de 8% entre 1990 et 2009. Au total, les coûts de l’exploitation forestière n’ont toutefois pas pu être réduits dans les proportions qui auraient été nécessaires, compte tenu de la baisse des revenus de la vente du bois, pour rester économiquement performants. Ainsi, depuis 1990 les dépenses dépassent les recettes dans la majorité des entreprises forestières suisses et ces dernières sont en moyenne déficitaires (Fig. 1).

Recettes et dépenses globales des entreprises forestières dans la période 1980 – 2010
Fig. 1 - Recettes et dépenses globales des entreprises forestières dans la période 1980 – 2010.
 

Le réseau d’exploitations forestières (REF)

Le "réseau d’exploitations forestières" de la Suisse est constitué d’un échantillon de 200 entreprises forestières publiques du Jura, du Plateau, des Préalpes et des Alpes. Cet échantillon a pour objectif de représenter en détail la situation économique de ces entreprises forestières, et ainsi d’en déduire des conclusions pour l’ensemble de la branche. Dans sa conception actuelle, le REF fournit des indicateurs économiques pour les quatre zones forestières et pour l’ensemble de la Suisse. A titre complémentaire, certains cantons procèdent à leurs propres évaluations, qu’ils utilisent pour densifier l’échantillon au niveau cantonal.

Le principal outil est le "CEForestier", logiciel de comptabilité analytique spécialement développé pour l’économie forestière suisse. Le CEForestier permet de saisir et d’exploiter les données relatives aux heures de travail, aux recettes et aux coûts des différents centres de production. Dans l’exploitation forestière, les coûts et recettes seront comptabilisés selon les fonctions de la forêt (fonctions prioritaires). La saisie homogène des données d’exploitation, ainsi que l’encadrement par des experts de l’Économie Forestière Suisse (EFS), garantissent la bonne qualité et la comparabilité des chiffres entre les entreprises du REF.

Répartition géographique des entreprises du REF en 2010
Fig. 2 - Répartition géographique des entreprises du REF en 2010.
 

Principaux résultats 2008 – 2010

Les résultats des entreprises du REF ont été majoritairement négatifs pendant la période 2008 – 2010. Ces mauvais chiffres sont dus principalement aux déficits du centre de production Exploitation forestière qui, en 2010, ont contribué en moyenne pour 64 % au résultat globalement négatif. Le deuxième centre de production le plus important est celui de la production de biens, avec une part de 24 % du résultat total, suivi par les prestations de services, avec une part de 12 %. Ces deux centres de production affichent également un résultat globalement négatif.

1) Ensemble de l’entreprise

Les résultats d’exploitation pour l’année 2010 sont nettement négatifs si l’on considère la moyenne suisse (– 63 CHF/ha). Seules 44 % des entreprises du REF affichent un bénéfice. Sur la fig. 3 on constate en outre d’importants écarts entre les différents résultats d’exploitation. En principe, on trouve des entreprises bénéficiaires dans toutes les zones forestières, mais seules les entreprises des Préalpes présentent en moyenne des résultats d’exploitation positifs.

Écarts entre les résultats d’exploitation2 dans les zones forestières du REF en 2010  
Fig. 3 - Écarts entre les résultats d’exploitation dans les zones forestières du REF en 2010. Les entreprises dont les recettes ou les coûts sont > 4000 CHF/ha ne sont pas représentées sur cette figure.  
   
2) Exploitation forestière

En 2010, le centre de production "Exploitation forestière" a contribué en moyenne pour 64 % aux résultats d’exploitation négatifs. Les résultats nettement négatifs dans les zones forestières du Plateau et du Jura sont particulièrement frappants. Seules les entreprises des Préalpes affichent un résultat positif.

Avec une perte de 28 CHF/ha relative à la surface forestière productive totale, c’est l’exploitation des forêts de production qui affecte le plus les résultats d’exploitation moyens des entreprises du REF. Les entreprises du Plateau se distinguent par leurs résultats particulièrement négatifs. Ce résultat surprend car les forêts de production devraient offrir, en principe, les meilleures conditions pour une exploitation forestière efficace.

L’exploitation des forêts protectrices contribue de manière déterminante au résultat total positif dans les Préalpes. L’exploitation des forêts protectrices est en revanche nettement déficitaire sur le Plateau. Cette situation est due aux conditions particulières du Plateau : petites surfaces (longueur des lignes de câble < 150 m), bois de feuillus lourd ( hêtre ) ou handicaps supplémentaires (par ex. surfaces de coupe situées le long des routes qui doivent être fermées fréquemment pour de courtes durées pendant les travaux d’abattage et de débardage). Les forêts protectrices ne représentent toutefois qu’une petite partie de la surface forestière des entreprises du Plateau et les incidences sur le résultat sont par conséquent minimes.

3) Prestations de services

Dans le domaine des « Prestations de services » les résultats de l’année 2010 sont négatifs dans toutes les zones forestières. Ils contribuent pour 12 % au résultat total négatif.

La réalisation de "travaux pour des tiers", permet d’obtenir un résultat positif dans toutes les zones forestières. Le gain s’élève à 16 CHF/ha environ. Toute une série d’autres prestations de services affichent par contre des résultats négatifs : Entreprise de commerce de bois, Enseignement, Écoles en forêt, conférences, visites ou Autres prestations. Ce groupe de produits affiche des résultats particulièrement négatifs sur le Plateau. Dans toutes les zones forestières, à l’exception du Plateau, les Prestations pour autres services de la commune sont également négatives

4) Production de biens

En moyenne, le domaine "Production de biens" contribue pour 24 % au résultat total. En 2010, seules les entreprises des Préalpes affichent un résultat positif.

La fabrication de plaquettes est la seule activité de la production de biens qui affiche en moyenne des résultats positifs pour toutes les entreprises du REF. Le conditionnement de bûches ("hangar à bois") n’est par contre rentable dans aucune zone forestière et influence négativement le résultat de la production de biens. Les autres activités de production de biens, telles les Pépinières, Sapins de Noël, branches et Autres productions annexes, enregistrent également des résultats négatifs.

Conclusion et perspectives

Les déficits que connaissent les entreprises du REF sont le  signe de problèmes structurels dans la branche. Plusieurs approches sont envisageables pour les surmonter.

  • Adapter les effectifs en personnel et le parc de machines en vue de faire baisser les coûts de récolte du bois
  • Étendre la sous-traitance aux soins culturaux
  • Adapter les volumes exploités à la situation du marché du bois
  • Former des unités d’exploitation de plus grande taille
  • Optimiser la densité des dessertes forestières et adopter de nouveaux concepts de gestion des chemins
  • Une orientation stratégique claire

Télécharger

=> Entre-temps, les résultats pour la période 2011–2013 ont été publiés.

Contact

  • Patric Bürgi
    Section Foresterie
    Haute école des sciences Agronomiques, Forestières et Alimentaires (HAFL)
    Länggasse 85
    3052 Zollikofen
    Tél. +41 (0)31 910 21 48
    patric.buergi @ bfh.ch

Liens externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net