Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Kurt Bollmann

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Écologie de la conservation
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tel: +41 44 739 24 11
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Beate Kittl
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 00000

Les chamois, les bouquetins et les cerfs migrent en altitude

Trois des espèces d’ongulés les plus fréquentes dans les Alpes – chamois, bouquetins et cerfs – prennent leurs quartiers à des altitudes plus élevées à la fin de l’été et en automne, en raison des changements climatiques. Chez le chevreuil, le décalage vers une altitude plus élevée est moins marqué.

Gämsen haben ihre Einstände in die Höhe verlagert
Fig. 1 - Les chamois ont déplacé leurs quartiers vers des altitudes plus élevées au cours des deux dernières décennies. Cliquer pour agrandir.
Photo: Thomas Wehrli (Amt für Jagd und Fischerei GR)

Au cours des dernières décennies, les chercheurs ont documenté de nombreux exemples d’espèces d’animaux et de plantes qui ont gagné des altitudes plus élevées en raison des changements climatiques. Une équipe internationale de scientifiques sous la direction de l’Institut fédéral de recherches WSL viennent de démontrer, grâce à un jeu de données unique au monde, que ces déplacements affectent également les trois espèces d’ongulés des Alpes. L’Office de la chasse et de la pêche des Grisons a documenté plus de 230 000 emplacements où des daims, cerfs élaphes, chamois et bouquetins ont été abattus entre 1991 et 2013 dans ce canton.

Le dépouillement de ces données montre que les lieux de séjour des bouquetins, chamois et cerfs se sont déplacés de manière significative à des altitudes plus élevées, en moyenne de 135, 95 et 80 mètres. «Ce jeu de données est unique, et montre que les grandes espèces à sang chaud réagissent elles aussi à la hausse des températures ambiantes», explique Kurt Bollmann, biologiste dans le groupe de recherche Écologie de la conservation du WSL. Jusqu’ici, on pensait que cela concernait avant tout les plantes et les animaux à sang froid comme les reptiles ou les insectes.

Différent d’année en année

Cette étude montre que le comportement des ongulés dépend des conditions environnementales pendant la saison de chasse, et varie d’année en année. Lorsque l’automne est chaud et sans neige, les endroits où des cerfs, chamois et bouquetins sont abattus à des altitudes plus élevées. Ces espèces parcourent généralement les pâturages et gazons alpins pour se nourrir. En revanche, chez le chevreuil, plus attaché à ses territoires et à la forêt, le décalage vers une altitude plus élevée est moins marqué.

Au cours des 20 dernières années, la température de septembre et d’octobre a augmenté de 1,3 °C dans la région étudiée, une tendance qui devrait rester la même à l’avenir selon les modèles climatiques. C’est pourquoi l’offre, l’accessibilité et la qualité de la nourriture végétale dans les forêts et les alpages vont évoluer, ce qui entraînera de nouvelles adaptations chez les animaux sauvages pour se nourrir en fonction de l’altitude.

Les résultats actuels indiquent que le cerf, le chamois et le bouquetin dans les Grisons réagissent de manière flexible à ces changements. Il est difficile de tirer aujourd’hui des conclusions sur les conséquences à long terme pour les populations des ongulés investigués. «La documentation systématique, précise et continue des emplacements où ils sont abattus constitue cependant une base essentielle pour les recherches futures sur l’impact des changements climatiques sur les grandes espèces», considère Hannes Jenny, de l’Office de la chasse et de la pêche des Grisons, coauteur de l’étude.

   
Répartition spatiale de 230 565 ongulés abattus entre 1991 et 2013 dans le canton des Grisons  
Fig. 2 - Répartition spatiale de 230 565 ongulés abattus entre 1991 et 2013 dans le canton des Grisons. Les tirs ont eu lieu entre 280 et 3600 m d’altitude. Cliquer pour agrandir.  
   
   
Différence des classes de hauteur des tirs de chaque espèce pour la période de tir antérieure et postérieure  
Fig. 3 - Altitudes des tirs de chaque espèce pendant les deux phases du projet (1981-2002 et 2002-2013). Le déplacement vers des altitudes plus élevées est clairement visible. Cliquer pour agrandir.  
   

Publication scientifique originale

  • Büntgen, U., L. Greuter, K. Bollmann, H. Jenny, A. Liebhold, J. D. Galvan, N. C. Stenseth, C. Andrew, and A. Mysterud. 2017. Elevational range shifts in four mountain ungulate species from the Swiss Alps. Ecosphere 8(4): e01761. 10.1002/ecs2.1761 http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ecs2.1761/full

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net