Login

Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Christoph Scheidegger

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Biodiversité
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tel: +41 44 739 24 39
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Christoph Scheidegger et al.
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 65.6765.6765.6765.6765.67 (31)

Liste rouge: plus d'un tiers des lichens en danger

La flore lichénique est un précieux "indicateur de vie" qui nous renseigne sur l'état présent et passé du paysage et sur la qualité de l'air. La Suisse dispose depuis 2002 d'une Liste Rouge des lichens menacés, un instrument essentiel pour la conservation de ces organismes.

Usnea hirta besiedelt hauptsächlich Fichte und Lärche
Figure 1 - La silhouette en filigrane du lichen Usnea hirta colonise principalement les épicéas et les mélèzes.
Photo: Thomas Reich (WSL)

Les lichens sont des organismes très particuliers : ils sont formés de l'association d'un champignon et d'une algue vivant en symbiose. Ce tandem n'a besoin pour vivre que de lumière et d'humidité. Les lichens peuvent survivre sans dommage à une déshydratation complèten et résistent à des écarts extrêmes de température. Ils sont présents dans toutes les régions et toutes les zones climatiques du monde et comptent environ 16 000 espèces.

En collaboration avec l'Office fédéral pour l'environnement (OFEV), l'Institut fédéral de recherches WSL et le Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève CJBG ont établi une Liste Rouge des lichens menacés en Suisse. Les résultats laissent peu d'illusions aux chercheurs : près de 300 des 800 espèces répertoriées sont menacées.

Une analyse plus précise des données montre que les lichens épiphytes sont plus menacés que les lichens terricoles. Presque la moitié des espèces appartenant à ce groupe sont en effet en danger. L'expert Christoph Scheidegger, du WSL, explique ce chiffre principalement par le fait que les lichens ne peuvent se propager que sur des distances très faibles, et qu'ils sont donc davantage sensibles aux modifications de l'environnement.

La conservation des lichens épiphytes est tributaire de la présence de forêts claires et proches de l’état naturel ainsi que de vieux arbres. Les peuplements de chênes ou de châtaigniers offrent de bonnes conditions pour la conservation de lichens d'importance internationale, mais aussi les forêts primaires de montagne. Les lichens terricoles, quant à eux, sont présents sur les pelouses sèches, les cailloutis et les bancs de galets.

La flore lichénique est un précieux "indicateur de vie" qui nous renseigne sur l'état présent et passé du paysage et sur la qualité de l'air. Nos voisins allemands et autrichiens en ont pris très tôt conscience, et ont établi des listes rouges des lichens menacés. La Suisse dispose désormais également d'un tel instrument pour la conservation de ces organismes.

   
Lobaria pulmonaria kommt in naturnahen Wäldern vor  
Figure 2 - Le lichen pulmonaire Lobaria pulmonaria préfère les forêts proches de l'état naturel.
Photo: Christoph Scheidegger (WSL)
 
   

Lichen épiphyte: lichen qui pousse sur un arbre sans qu'il y ait de relation de parasitisme.

Lichen terricole: lichen qui pousse sur la terre nue.


  • Traduction: Michèle Kaennel Dobbertin (WSL)

Télécharger

Commander

Lien externe

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net