Login

Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Ariel Bergamini

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Dynamique des écosystèmes
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tel: +41 44 739 23 32
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Norbert Schnyder, Ariel Bergamini, Heike Hofmann, Niklaus Müller, Cécile Schubiger-Bossard, Edwin Urmi
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 64.6764.6764.6764.6764.67 (18)

Liste Rouge des Bryophytes menacées en Suisse

La Liste Rouge des Bryophytes menacées répertorie le statut des 1093 espèces et sous-espèces de mousses, anthocérotes et hépatiques recensées sur le territoire helvétique. A l'heure actuelle 38% d'entre elles sont considérées comme menacées.

Phaeoceros laevis
Fig. 1 - En Suisse, l'anthocérote Phaeoceros laevis est en danger. Elle pousse dans les champs et son statut dépend donc des pratiques d'exploitation agricole.
Photo: Heike Hofmann (NISM)
 

On compte aujourd'hui environ 15 000 espèces de mousses à travers le monde, dont 7,5% ont été observées en Suisse. Les mousses sont parmi les plus anciennes plantes terrestres. Elles n'ont pas de vaisseaux, et absorbent donc l'eau et les éléments minéraux par toute leur surface. On regroupe communément les mousses en trois classes - les anthocérotes, les hépatiques et les mousses.

La Liste Rouge 2004 des Bryophytes menacées en Suisse contient la liste de toutes les espèces et sous-espèces d'anthocérotes, hépatiques et mousses recensées sur le territoire helvétique, classées dans des catégories de menace selon les critères de l'IUCN (International Union for the Conservation of Nature and Natural Resources). Sur les 1093 espèces et sous-espèces considérées, 416 (38,1%) sont des espèces Liste Rouge:

  • 15 (1.4%) éteints en Suisse (RE)
  • 61 (5.6%) au bord de l’extinction (CR)
  • 58 (5.3%) en danger (EN)
  • 282 (25.8%) considérées comme vulnérables (VU).

Les autres 677 espèces sont classées comme suit:

  • 67 (6.1%) quasi menacées (NT)
  • 512 (46.8%) préoccupation mineure (LC)
  • 98 (9.0%) non classées en raison d’informations lacunaires ou insuffisantes (DD).

Les espèces menacées se répartissent sur tous les milieux, mais la part des taxons Liste Rouge est la plus élevée dans les pelouses sèches et sur les sols ouverts (des champs cultivés p. ex.). Par contre, la proportion d’espèces menacées est relativement faible pour les stations humides, tendance qui peut refléter les effets positifs des mesures adoptées pour la protection des marais. Parmi les mousses forestières on compte 26% d'espèces en danger, soit 120 espèces, ce qui représente près d'un tiers de toutes les espèces de mousses en danger.

La Liste Rouge 2004 remplace celle de 1992. La nouvelle liste se base sur d’autres critères, mais malgré les différences de méthode d’appréciation du statut, la part des espèces menacées est pratiquement restée la même. Par contre, il apparaît une nette différence du nombre de taxons entre les diverses catégories de menace au sein de la Liste Rouge, ce qui s’explique en partie par le nouveau mode de classification. Leur comparaison montre un léger décalage de la classe EN "menacées" vers la catégorie CR "fortement menacées" et une augmentation du nombre d’espèces rares et de ce fait potentiellement menacées (VU, D2).

     
Anastrepta orcadensis Pterygoneurum ovatum  
Fig. 2 - L'hépatique Anastrepta orcadensis est considérée comme vulnérable. Elle pousse sur de l'humus ou sur des parois humides en forêt de montagne, plus rarement dans des tourbières.
Photo: Norbert Schnyder (NISM)
Fig. 3 - La mousse Pterygoneurum ovatum est classée comme vulnérable. Son statut est tributaire de la protection des stations sèches.
Photo: Norbert Schnyder (NISM)
 
     

Télécharger/ Commander

Contact

  • Dr. Edwin Urmi
    Dr. Norbert Schnyder
    Dr. Heike Hofmann

  • Institut f. Systematische Botanik
    Universität Zürich
    Zollikerstrasse 107
    CH-8008 Zürich
    e-mail: nism @ systbot.uzh.ch

Lien externe

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net