Recherche

    
Rechercher dans cette rubrique

Recherche étendue

Contact

Urs-Beat Brändli

Forschungsanstalt WSL

Institut fédéral de recherches WSL
Service scientifique IFN
Zürcherstrasse 111
CH - 8903 Birmensdorf

Tel: +41 44 739 23 43
Fax: +41 44 739 22 15

Article(s)

Auteur(s): Fabrizio Cioldi, Ulrich Ulmer
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 56.6756.6756.6756.6756.67 (10)

Volume de bois: augmentation dans l’espace alpin et diminution sur le Plateau

Jusqu’au tournant du siècle, le volume de bois a fortement augmenté en Suisse et pour toutes les essences. L’IFN3 a montré que ce volume a sensiblement augmenté dans l’espace alpin, alors qu’il a diminué sur le Plateau, notamment pour l’épicéa. Une progression des gros arbres est cependant relevée dans toutes les zones de notre pays.

Nadelholzbestand im Mittelland
Fig. 1 - Peuplement d'épicéas et de douglas sur le Plateau. Les peuplements de résineux purs ont sensiblement diminué au cours des 20 dernières années.
Photo: Simon Speich (WSL)

Le volume des arbres vifs dans la forêt suisse, à savoir le capital des propriétaires de forêts, se monte actuellement à 405 millions de m3, soit 346 m3 par hectare. Avec une moyenne de 418 m3/ha, les forêts privées sont nettement plus riches en bois que les forêts publiques qui n’atteignent que 311 m3/ha (tableau 1). Le volume des forêts privées représente 29% dans le Jura, 28% dans les Alpes et 24% au sud des Alpes. Sur le Plateau (50%) et dans les Préalpes (56%), la part des forêts privées est nettement plus élevée et, pour l’ensemble de la Suisse, le volume situé en forêt privée se monte à 39%.

Si l’on considère une surface comparable avec l’IFN2 (1993-1995), en se limitant aux placettes communes aux deux inventaires, le volume a augmenté de 10 millions de m3 au total, soit 2,4%. C’est nettement moins qu’entre l’IFN1 et l’IFN2 (tout juste 30 millions de m3, soit 8,1%). Il faut souligner les importants contrastes régionaux, conséquences des différences d’intensité d’exploitation et de l’ouragan Lothar de décembre 1999, ainsi que de la sécheresse de 2003 qui engendra des dégâts étendus suite aux pullulations de bostryche.

Alors que le volume augmentait de 20% au sud des Alpes, il a diminué de 7% sur le Plateau. Depuis l’IFN2, le volume à l’hectare a chuté sur le Plateau de 423 m3/ha à 396 m3/ha.

 Tableau 1 - Volume en m/ha selon la propriété et les régions de production (erreur standard: voir article original)
  Jura
Plateau
Préalpes
Alpes
Sud des Alpes
Suisse
Forêt publique
345
338
379
290
222
311
Forêt privée
435
478
493
329
236
418
Total
368
396
436
300
225
346

La différence dans l’évolution du volume se remarque aussi entre forêts privées et publiques. Dans les forêts privées sur l’ensemble de la Suisse, le volume a augmenté de 5% (1% seulement dans les forêts publiques, tableau 2). Sur le Plateau, la diminution du volume est nettement plus importante en forêt publique (–11%) qu’en forêt privée (–4%).

 Tableau 2 - Evolution du volume en % selon la propriété et les régions de production (erreur standard: voir article original)
  Jura
Plateau Préalpes Alpes Sud des Alpes Suisse
Forêt publique 1,8
-10,7
-5,3
5,8
23,5
0,9
Forêt privée 4,1
-3.8
4,6
21,3
11,1
4,9
Total 2,5
-7,4
0,0
9,5
20,3
2,4

Hêtre et sapin en augmentation, épicéa en diminution

Bergwald
Fig. 2 - Dans les Alpes, le volume sur pied a fortement augmenté, surtout en forêt privée.
Photo: Ueli Wasem (WSL)

La répartition par essence est marquée par des différences régionales.

L’augmentation du volume se concentre dans le Jura sur le sapin et l’érable sycomore. Dans les Alpes c‘est l’épicéa, dans les Préalpes ce sont le hêtre et le frêne qui contribuent le plus à l’augmentation du volume. Au sud des Alpes, l’augmentation est due principalement à l’épicéa, au hêtre et au mélèze. Sur le Plateau, tous les feuillus montrent une augmentation de volume alors que les résineux sont en diminution (forte diminution pour l’épicéa, légère diminution pour le mélèze et le pin, pratiquement pas de changement pour le sapin).

L’épicéa, le hêtre et le sapin restent les trois essences dominantes de la forêt suisse, avec 66% du nombre de tiges et 77% du volume de bois.

  • L’épicéa constitue 44% du volume. La proportion d’épicéa varie entre 59% dans les Alpes et 29% dans le Jura et au sud des Figure 3: Surface forestière en % selon le degré de mélange et l’inventaire, avec indication de l’erreur standard simple des relevés (± correspond à un intervalle Alpes. Le volume de l’épicéa a diminué dans l’ensemble de la Suisse de 4% depuis l’IFN2. Sur le Plateau, l’épicéa représente plus de 34% du volume, suite à une forte diminution (plus de 9 millions de m3, soit –23% avec même un maximum de –30% dans l’ouest du Plateau, figure 3). La diminution de l’épicéa est nettement moins marquée, mais se constate pourtant dans les régions voisines des Préalpes et du Jura. Dans les Alpes et au sud des Alpes, le volume d’épicéa a en revanche augmenté.
  • La part du sapin est plus importante dans le Jura (21%) et dans les Préalpes (22%), la moyenne nationale étant de 15%. Le volume de sapin a augmenté sur l’ensemble du pays de 5%, le nord-ouest et le sud-ouest des Alpes avec 29%, le sud des Alpes avec 24% enregistrant les plus fortes augmentations. Le volume de sapin a aussi augmenté dans le Jura (8 à 11%), ainsi que dans l’ouest (9%) et dans l’est (13%) des Préalpes. Son volume est en revanche resté à peu près constant sur le Plateau.
  • La proportion de hêtre est plus élevée dans le Jura (31%) avec une moyenne suisse à 18%. Le volume de hêtre s’est accru globalement de 6% environ avec un maximum de 42% au Sud des Alpes et de 39% en Valais (figure 4). Dans les autres régions alpines, dans les Préalpes et sur le Plateau, une légère augmentation du volume a été constatée tandis que, dans le Jura, ce volume est resté pratiquement identique.

Depuis l’IFN2, le volume de bois feuillus a augmenté dans toutes les régions en moyenne de 10%, pendant que les résineux montrent une légère diminution (–1%), avec toutefois une forte diminution de 16% sur le Plateau. Quant à la proportion de résineux pour l’ensemble de la Suisse, elle est passée de 71 à 69%, voire sur le Plateau de 62 à 56%.

Volume sur pied IFN3 - épicéa  
Fig. 3 - Evolution entre l’IFN2 et l’IFN3 du volume de l’épicéa en % selon la propriété et les régions économiques, avec indication de l’erreur standard simple des relevés (± correspond à un intervalle de confiance de 68%).  
   
   
Volume sur pied IFN3 - hêtre  
Fig. 4 - Evolution entre l’IFN2 et l’IFN3 du volume de hêtre en % selon la propriété et les régions économiques, avec indication de l’erreur standard simple des relevés (± correspond à un intervalle de confiance de 68%).  
   

Forêts résineuses pures: en recul

Aujourd‘hui, environ 25% des forêts suisses sont des forêts feuillues pures et 43% des forêts résineuses pures (figure 5); ces dernières représentent même 69% dans les Alpes et les Préalpes. Globalement, la part de surface des forêts résineuses pures a diminué de presque 3% entre l’IFN3 et l’FN2, alors que celle des forêts feuillues pures a augmenté au cours de ces mêmes onze années de presque 5%.

Si l’on considère l’évolution depuis l’IFN1 (1983 à 1985), le recul des peuplements purs de résineux est encore plus marqué. Sur la surface forestière commune, la part de forêts résineuses pures est passée depuis l’IFN1 de 51 à 43%, avec une diminution dans chacune des cinq régions, le Plateau enregistrant la plus forte diminution (de 39 à 26%).

Dans les recrûs et les fourrés, la proportion de forêts feuillues pures et mélangées a augmenté depuis l’IFN2 de 51 à 68%, et même de 49 à 75% sur le Plateau. Dans les surfaces de jeunes forêts des zones inférieures, les forêts feuillues pures dominent avec 62%. La proportion de résineux augmente aussi bien dans les zones inférieures que supérieures avec le stade de développement. L’évolution constatée en direction de forêts plus riches en feuillus, aussi bien pures que mélangées, devrait donc se poursuivre au cours des prochaines années.

Degré de mélange IFN3  
Fig. 5 - Surface forestière en % selon le degré de mélange et l’inventaire, avec indication de l’erreur standard simple des relevés (± correspond à un intervalle de confiance de 68%).
 

La proportion de gros bois continue d‘augmenter

Starkholz
Fig. 6 - La proportion du volume sur pied représentant des arbres de plus de 52 cm DHP a continué à augmenter.
Photo: Simon Speich (WSL)

La répartition du volume de bois sur pied selon les classes de diamètre fournit une base d’évalutation des ressources en matière d’assortiments lors des exploitations. Le rapport entre le volume résineux et le volume feuillu pour les DHP ≥ supérieurs ou égaux à 52 cm est aujourd’hui environ de 80:20, alors que pour des DHP entre 12 et 15 cm il est à peu près de 50:50. De nombreux gros arbres sont recensés pour les sapins et les mélèzes, avec 44% du volume relevé dans les classes de diamètre à partir de 52 cm.

L’IFN2 avait déjà constaté cette tendance à l’augmentation chez les gros bois. Les résultats des trois inventaires permettent désormais d’analyser l’évolution sur vingt et un ans. Depuis l’IFN1, une augmentation notable des volumes de gros bois a été observée, pour toutes les essences, aussi bien dans les forêts privées que publiques et dans toutes les régions.
Sur les placettes communes IFN1-IFN2-IFN3, la part de gros bois (DHP ≥ à 52 cm) entre l’IFN1 et l’IFN3 a crû en moyenne de 24 à 34%. Pour les trois essences les plus fréquentes, l’augmentation se présente de la sorte:

  • - l’épicéa est passé de 27 à 38%,
  • - le sapin de 26 à 44%,
  • - et le hêtre de 17 à 27%.

Hormis l’épicéa sur le Plateau, ces augmentations sont valables aussi bien en valeurs relatives qu’absolues. Alors que dans l’IFN1 les gros bois (DHP supérieur ou égal à 52 cm) représentaient pour tout le pays 84 millions de m3, aujourd’hui on dénombre presque 134 millions de m3 dans cette classe de diamètre. Seul l’épicéa, sur le Plateau, a montré une légère diminution de volume en quantité entre l’IFN2 et l’IFN3 à partir de 52 cm de DHP. Cela bien que, en valeur relative, une augmentation de 30 à 36% ait été constatée.

Les résultats des inventaires forestiers nationaux en Allemagne (notamment au Bade-Wurtemberg et en Bavière) et en Autriche (Kändler 2008) indiquent les mêmes tendances. L‘augmentation des gros bois est le résultat de la pratique sylvicole des 100 à 150 dernières années, qui fut marquée par la volonté de reconstruire les volumes et par une gestion forestière proche de la nature.

Cette contribution fait partie d'une série d'articles présentant les résultats du troisième inventaire forestier national (IFN3). Liste des articles

Si vous vous intéressez à l'Inventaire forestier national, vous trouverez davantage d'informations sur le site de l'IFN: www.lfi.ch

Télécharger