Article(s)

Auteur(s): Alain Douard (EFS)
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 56.6756.6756.6756.6756.67 (10)

Abatteuse à chenilles pour entrepreneur tout-terrain

Une entreprise soleuroise utilise depuis 2010 une abatteuse à chenilles et dresse un premier bilan après trois mois d'expérience.

Vollernter
Fig. 1 - L’Eco Log Soft Track 570 D est une machine développée récemment, fruit  de la collaboration de plusieurs entreprises, notamment pour ses trains de chenilles en caoutchouc adaptés aux terrains sensibles.
Photo: Alain Douard
 
Snake
Fig. 2 - Valmet 911.3 Snake.
Photo: Ehrenbolger & Suter SA
 
Reifenspur
Fig. 3 - Le caoutchouc laisse peu de traces au sol. Il ménage les chemins forestiers et permet, contrairement à l’acier, de circuler sur des surfaces goudronnées sans les endommager.
 
Spannsystem
Fig. 4 - Le dispositif de tension des chenilles fait appel à de la graisse sous pression. On voit, ici, le réservoir et la tête du cylindre.
 
Photos: Alain Douard
 
 
 
 
 
 

L’entreprise Ehrenbolger & Suter SA possède depuis l’automne 2010 un Eco Log Soft Track 570 D. Cette abatteuse est particulièrement indiquée pour les sols humides, fragiles et pentus. Sa caractéristiqueessentielle: ses quatre trains de chenilles en caoutchouc indépendants lui permettent de diviser par deux et demi la pression qu’elle exerce au sol.

Une intervention respectueuse du sol

A l’oeuvre d ans u ne c oupe p rès d e Dagmersellen, elle étonne aussi par sa capacité à s’affranchir des accidents du terrain. L’articulation centrale de l’engin et les trains sur bras indépendants permettentaux chenilles de trouver un maximum d’appui en toute situation, limitant ainsi les risques de ripage et de patinage et réduisant les impacts sur le sol.

Pour l’entreprise dirigée l’investissement de près de 620 000 francs consenti pour cette nouvelle machine s’inscrit dans une politique menée de longue date dans le domaine de la récolte mécanisée. Elle répond aussi au souci de clients de plus en plus nombreux de ménager leur forêt.

Récolte mécanisée tout-terrain

"Le Snake nous permet d’entreprendre des coupes dans les forêts en pente, notamment dans le Jura. Le Soft Track nous ouvre de nouvelles voies pour mécaniser la récolte dans des terrains plus humides ou dont la portance est diminuée", explique Hanspeter Ehrenbolger.

Le Soft Track ménage les sols. Mais est-il économiquement justifié? "Il exige un peu plus d’entretien qu’une machine à roues," explique Roland Rolli, le machiniste. "Je compte environ une heure supplémentaire par semaine pour le nettoyage et le graissage des trains de chenilles."

Après trois mois d’utilisation, Ehrenbolger ne chiffre pas encore ces coûts supplémentaires avec exactitude. Mais ils devraient être moins élevés que pour les Valmet Snake. Ces machines engendrent des coûts d’utilisation et d’entretien environ 30% plus élevés que pour des engins analogues à roues. "C’est largement compensé et justifié par le gain de productivité que nous obtenons dans les pentes par rapport à une récolte manuelle", précise cependant le chef d’entreprise.

Fragilité vraiment relative

Sur la réputation de fragilité des chenilles en caoutchouc, Roland Rolli a un avis relatif. "Il faut éviter les sols trop caillouteux et les obstacles comme les rochers. Elles ne présentent, sinon, guère plus de risques de déchirure que les pneumatiques, ajoutet-il. Par contre, elles laissent vraiment peu de traces et dépassent, de ce point de vue, tous les systèmes de chaînes ou de roues chenillées existants." Un cylindre à graisse maintient chaque chenille sous tension et évite les déchenillages. "C’est arrivé une fois en raison de la défaillance d’un des dispositif. Le fabricant doit nous livrer des réservoir plus grands qui élimineront ce défaut."

Rendement multiplié

Après 500 heures de conduite, Rolli commence, dit-il, à se familiariser avec l’engin. Il compte être totalement à l’aise vers 1000 heures. La performance de la machine en volume varie énormément en fonction des nombreux paramètres. Deux cents mètres cubes quotidiens semblent constituer un objectif moyen réaliste. Dans une vision large et à long terme, Ehrenbolger & Suter a opté pour une tête avec kit d’accumulation, autrement dit une pince de groupage variable. La récolte quotidienne de la machine reste difficile à estimer et dépend très fortement des conditions de récolte. La tête d’abattage est dotée d’une pince permettant de tenir plusieurs bois tout en continuant à abattre e t à façonner: un a ccessoire prévu, notamment, pour les éclaircies et la récolte de petits bois d’énergie.

Eco Log soft Track 570 D: carte d’identité

Moteur: MB 290 ch

Poids total: env. 24 t (version à roues: env. 22 t)

Surface portante: 4,61 m2 (version à roues: 2,81 m2)

Pression au sol: 0,55 kg/m2 (version à roues: 1,34 kg/m2)

Tête d’abattage: Log Max 6000 B avec kit d’accumulation; Année: 2010

Télécharger

Contact

  • Alain Douard
    Rosenweg 14
    4501 Solothurn 

    Tél: +41 32 625 88 77
    Fax:  +41 32 625 88 99

Liens externes

Poursuivez votre lecture sur waldwissen.net