Waldwissen-Logo

Publicité

Article(s)

Auteur(s): Sarah Kiener (auteure externe)
Rédaction: WSL, Suisse
Commentaires: Cet article a reçu 0 commentaires
Évaluation: A mes favoris Aperçu avant impression 71.071.071.071.071.0 (47)

Quand les pupitres redeviennent arbres : Ecoles enfantines en forêt

Les écoles enfantines en forêt ont un effet bénéfique sur le développement moteur et affectif des enfants. C’est ce que l’on suppose depuis longtemps, mais des études scientifiques consacrées à ces écoles font encore défaut.

sich in der Natur aufhalten
Fig. 1 - Les enfants qui pratiquent des activités en pleine nature sont plus équilibrés et plus concentrés.
Photo: www.waldnest.ch


"… et les murs de la classe
s’écroulent tranquillement
Et les vitres redeviennent sable
l’encre redevient eau
les pupitres redeviennent arbres
la craie redevient falaise
le porte-plume redevient oiseau."

Jacques Prévert, Page d’écriture

Les écoles enfantines en forêt sont des écoles sans portes ni murs. Leur décor est planté en pleine nature, et les enfants s’y rendent par tous les temps et en toutes saisons. Cinq jours par semaine, les petits de 5 à 7 ans (3 à 7 ans en Allemagne) prennent la clé des champs. Forêts, prairies, mares et ruisseaux sont pour eux autant de terrains de découverte. Pendant trois à quatre heures, ils apprennent à leur rythme et par tous leurs sens les secrets de la nature, des éléments et des saisons. Leurs jouets sont 100% nature, leur besoin d’activité physique est amplement satisfait, et ils sont sensibilisés à un comportement respectueux envers les plantes, les animaux… et les autres bipèdes.

Les premières écoles enfantines en forêt sont nées au Danemark et ont essaimé vers l’Allemagne, où l’on en compte actuellement plus de 300, regroupées en réseau au niveau national. Les groupes de jeu tels que nous les connaissons en Suisse n’existent pas chez notre voisin, et les enfants entrent à l’école enfantine dès trois ans. Au Danemark, les écoles enfantines sont souvent assimilées à des garderies, et accueillent les petits écoliers de 6 heures 30 à environ 17 heures. En Suisse, six communes proposaient en 2004 des écoles enfantines publiques ou privées.

Les avantages de l’école buissonnière

gemeinsames Spielen
Fig. 2 - Le jeu en forêt favorise un comportement social positif.
Photo: www.waldnest.ch

Les sondages auprès des parents et les rapports des enseignants au Danemark, en Allemagne et en Suisse font état de nombreux avantages par rapport aux écoles enfantines "classiques" :

  • les enfants sont plus sensibles à la nature et développent une meilleure appréhension des cycles naturels
  • les conflits entre enfants sont moins nombreux
  • les élèves sont plus équilibrés et plus concentrés
  • ils sont moins souvent et moins longtemps absents pour cause de maladie
  • leur motricité grossière est très avancée
  • leur imagination et leur créativité sont stimulées par le jeu avec des matériaux naturels et des jouets fabriqués de leurs propres mains.

Comment la recherche explique-t-elle ces observations de terrain ?

Des effets bénéfiques encore peu étayés scientifiquement

A l’heure actuelle, très peu d’études scientifiques empiriques ont été consacrées aux écoles enfantines en forêt. Une approche conceptuelle fondée sur des théories scientifiques éprouvées fait encore défaut. La plupart des travaux qui ont été consacrés à ces structures s’appuient sur des analyses bibliographiques, des questionnaires aux parents et/ou des interviews des enseignants, et non sur des méthodes scientifiques empiriques. Seules cinq études scientifiques ont eu pour objet de comparer des enfants fréquentant une école enfantine en forêt avec d’autres, scolarisés dans des écoles conventionnelles. Ces études portaient en particulier sur les thèmes suivants :

  • contacts avec la nature
  • faculté de concentration
  • résistance aux maladies
  • comportement en groupe
  • motricité
  • créativité

Les travaux scientifiques consacrés à l’impact du jeu en pleine nature sur le développement des enfants peuvent se résumer ainsi :

  • bien que les écoles enfantines en forêts existent en Scandinavie depuis plus de 60 ans, la recherche dans ce domaine est encore très peu développée. Les résultats ne sont pas publiés dans des revues scientifiques internationales, les échanges entre chercheurs presque inexistants.
  • Très peu d’études portent sur la comparaison entre les élèves des écoles enfantines en forêt et ceux des écoles conventionnelles. Deux de ces études ont été réalisées en Allemagne. En raison de différences entre les groupes d’âge des enfants et, dans une moindre mesure, entre les structures propres à chaque pays, les résultats ne peuvent que partiellement s’appliquer à la Suisse.
  • Presque toutes les études ont pris en compte des échantillons de très faible taille. Seules deux études portaient sur des échantillons comportant des groupes de plus de 40 enfants chacun. Leurs résultats ne peuvent être généralisés qu’en ce qui concerne l’aptitude à la scolarisation des élèves d’écoles enfantines en forêt et leur développement moteur et créatif.
  • Les variables parasites n’ont été que peu pas prises en considération ; dans la plupart des cas, aucune relation de cause à effet ne peut être clairement établie.
  • L’impact de la vie en forêt sur la résistance aux maladies, le comportement social, le développement cognitif, les relations à la nature, l’équilibre affectif, l’autonomie et la confiance en soi des enfants des écoles enfantines en forêt n’a pas été étudié de manière systématique et empirique. Des données comparables sur des écoles enfantines conventionnelles et des groupes témoins font encore défaut.
Kreatives Problemlösen
Fig. 3 - Stimulation de la motricité et recherche créative de solutions.
Photo: www.waldnest.ch

Les résultats des études résumées ici permettent de conclure à un impact bénéfique du jeu en forêt sur le développement de la motricité et de la créativité, ainsi que sur leur résistance, leur autonomie et leur capacité à surmonter des difficultés. Les enfants y sont au moins aussi bien préparés à l’entrée en premier cycle primaire que ne le sont les élèves d’écoles enfantines conventionnelles.

L’instauration de journées en forêt sur une base régulière répondrait au souhait de nombreux parents mais aussi des enseignantes et enseignants d’école enfantine. Dans un questionnaire environ 75% des parents se sont déclarés en faveur des sorties en forêt. Ces parents estiment particulièrement important que leurs enfants aient beaucoup d’activité physique en plein air – et au grand air -, et qu’ils apprennent à mieux connaître la nature. Près de la moitié des enseignantes et enseignants du canton de Zurich sont sortis régulièrement dans la nature avec leurs élèves, et un quart d’entre eux au moins une fois par semaine.

On peut supposer que ce type d’école enfantine, dans lequel les activités en forêt sont intégrées à un cursus conventionnel, ait également des effets bénéfiques sur le développement de l’enfant. Dans le cadre de mesures de santé publique, des activités en pleine nature sur une base régulière peuvent contribuer à renforcer les compétences vitales (autonomie, confiance en soi, compétences sociales). Elles permettent certainement jouer un rôle bénéfique dans l’élaboration de concepts de société visionnaires, ainsi que dans la prévention de troubles du comportement et de l’apprentissage et de troubles locomoteurs, voire d’accidents.


  • Traduction: Michèle Kaennel Dobbertin (WSL)

Télécharger

Contact

  • Sarah Kiener
    Unterbösingenstrasse 48
    CH-3178 Bösingen
    e-mail: sarah.kiener @ freesurf.ch