Genèse

Jusqu’en 1887, il n’y avait pas d’enquêtes systématiques sur les forêts ou la sylviculture en Suisse. De ce fait, les développements concrets dans le secteur forestier et la situation économique ne pouvaient pas être présentés et évalués. Pour ces raisons, la statistique forestière a été introduite en 1887.

Organisation de la collecte des données

L’Office fédéral de la statistique (OFS) est responsable de la statistique forestière. La collecte des données se fait en collaboration avec les offices cantonaux des forêts. Outre la statistique forestière, des données économiques détaillées (comptabilité analytique complète) sont collectées via le Réseau d’exploitations forestières de la Suisse (REF), qui permet une évaluation détaillée de la situation des exploitations forestières en matière de coûts et de performances. Les données de la statistique forestière constituent également une base importante pour les comptes économiques de la sylviculture (CES).

Méthodologie et caractéristiques de l’enquête

Un relevé exhaustif est mené chaque année auprès de quelque 240 000 propriétaires forestiers publics et privés en Suisse (exploitations forestières et petits propriétaires).

Outre les propriétaires forestiers individuels, sont également considérés comme exploitations forestières les associations de plusieurs propriétaires qui gèrent en commun leurs surfaces forestières. Les unités d’exploitation doivent en outre avoir une surface forestière minimale et un compte consolidé pour la zone forestière gérée. La définition détaillée est présentée dans le tableau 1.

Tab. 1 – Définition Exploitation forestière dans la Statistique forestière suisse. (Source : OFS 2020)

CritèresDescription/commentaireDimensions

1) Droits de propriété ou de disposition sur la zone forestière gérée

 

Par droits de propriété ou de disposition, on entend la compétence de planification et d’utilisation de la production biologique et technique

Si plusieurs propriétaires forestiers coopèrent pour l’entretien et l’exploitation de leurs surfaces forestières, l’unité d’exploitation commune est considérée comme une entreprise forestière si les droits de propriété ou de disposition nécessaires à l’entretien et à l’exploitation lui ont été transférés (par contrat, statuts, clauses, résolution…).

Durée du droit de disposition ≥ 1 an
2) Surface forestière minimaleLa surface forestière productive d’une unité d’exploitation définie par ces droits de propriété ou de disposition doit avoir au moins la limite fixée pour la zone forestière respectiveJura : ≥ 200 ha
Plateau : ≥ 150 ha
Préalpes : ≥ 250 ha
Alpes et versant sud
des Alpes ≥ 500 ha
3) Compte consolidé

Une unité d’exploitation est considérée comme une entreprise forestière si les comptes des différentes unités d’exploitation sont consolidés pour l’ensemble de l’entreprise (sur l’ensemble de la zone forestière gérée) et qu’une comptabilité commune est tenue. Cela peut se faire par le biais d’une comptabilité financière ou opérationnelle.

Si plusieurs comptes indépendants sont tenus pour différentes parties de l’exploitation, ils doivent être combinés au niveau de l’exploitation dans son ensemble.
Le compte total de l’ensemble de la superficie forestière avec droit de propriété ou de disposition est disponible

En raison des structures de propriété des forêts suisses (71 % de forêts publiques) et de la définition statistique d’une exploitation forestière, les exploitation forestières suisses sont presque exclusivement des entreprises publiques. Si une unité d’exploitation ne répond pas aux critères minimaux définissant les exploitations forestières, elle est considérée comme une petite forêt. Les petites forêts sont ensuite divisées en petites forêts publiques et privées. Selon cette classification, différents questionnaires sont soumis aux unités d’exploitation (tab. 2). Pour ne pas surcharger les personnes interrogées, aucune donnée financière n’est collectée auprès des petits propriétaires forestiers.

Tab. 2 – Caractéristiques de l’enquête de la statistique forestière suisse par type d’unité de gestion. A. Entreprises forestières ; B : Petite forêt publique ; C : Forêt privée. (Source : Office fédéral de la statistique).

QuestionnaireCaractéristiquesParamètres
ABC
   1 Caractéristiques de l’exploitationZone forestière, canton, superficie forestière totale, superficie forestière productive, superficie forestière certifiée, taux de récolte annuel, structures de propriété (publique, privée), forme juridique, forme organisationnelle, part de la surface avec juridiction fiscale
   2 Récolte de boisRécolte de résineux et feuillus en fonction de l’assortiment de bois : grumes, bois industriel, bois énergie, autres assortiments
   3 PlantationsNombre de conifères et de feuillus
   4 Recettes de l’exploitationRevenu du bois, autres revenus (travail pour des tiers, travail pour la propre collectivité, culture de sapins de Noël, etc.). Contributions de la Confédération et des cantons, contributions des communes et des tiers
   5 Dépenses de l’exploitationFrais de personnel, services d’exploitation forestière, amortissements, autres frais d’exploitation (matériels, loyers, assurances, etc.)
   6 Recettes pour les investissementsContributions de la Confédération et des cantons, contributions des communes et de tiers, autres revenus (désinvestissements)
   7 Dépenses pour les investissementsInstallations de desserte (y compris ouvrages), bâtiments agricoles, machines, autres investissements (plans d’exploitation, boisement et reboisement,
petit matériel, logiciels, etc.)

Évaluation

Pour les caractéristiques enregistrées, des valeurs cumulées sont formées pour chacune des catégories d’enquête (exploitations forestières, petites forêts publiques et forêts privées) par canton, par région forestière (Jura, Plateau, Préalpes, Alpes, versant sud des Alpes) et pour toute la Suisse.

Structure de l’économie forestière suisse

Propriétaires forestiers

Avec 1,27 million d’hectares, la surface forestière de la Suisse couvre environ un tiers de la superficie du pays. Elle appartient majoritairement à des propriétaires forestiers publics, qui gèrent plus de deux tiers de la superficie forestière totale en Suisse (fig. 1). Il s’agit de la Confédération, des cantons, des communes municipales, des bourgeoisies, des sociétés, des coopératives et d’autres propriétaires publics tels que les églises, les fondations, etc. Les propriétaires forestiers privés gèrent un petit tiers de la superficie forestière. Il s’agit de particuliers, de coopératives privées, de sociétés et d’exploitations agricoles, de fondations privées, d’associations privées et d’autres organisations privées.

Nombre et taille des exploitations forestières

En 2019, la Suisse compte 672 exploitations forestières. Chacune gère en moyenne 999 ha de forêt productive ; 39 % des entreprises gèrent une superficie inférieure à 500 ha, 30 % une superficie de 500-999 ha, 19 % une superficie de 1000-1999 ha et 11 % gèrent une superficie supérieure à 2000 ha (fig. 2).

Récolte de bois

Récolte de bois de feuillus et de conifères

En Suisse, 4,6 millions de mètres cubes de bois ont été récoltés en 2019, dont 68 %  de conifères (3,1 millions de mètres cubes) et 32 % de feuillus (1,5 million de mètres cubes ; figure 3). C'est sur le Plateau que les récoltes sont les plus élevées. Par nature, les stations forestières présentant les taux de croissance les plus élevés se situent d’ailleurs dans cette région (IFN 4).

Assortiments de bois

L’assortiment de bois le plus important est celui des grumes de résineux avec 43 %, suivi du bois-énergie de feuillus, qui représente 24 % de la récolte de bois (figure 4). Le bois-énergie de résineux a également une certaine importance avec une part de 18 % de l’utilisation totale. Le bois industriel est plutôt moins important, tant pour les résineux que pour les feuillus, avec respectivement 7 % et 4 %.

Situation économique des exploitations forestières

Depuis le début des années 1990, le revenu net des exploitations forestières en Suisse est négatif. Les pertes d’exploitation forestière en sont les principales responsables. Ces exploitations affichent une perte nette d’environ 41 millions de francs en 2019 (fig. 5).

Produits et charges d’exploitation

Les revenus des entreprises forestières en 2019 s’élèvent à 533 millions de francs suisses. La source de revenu la plus importante pour les exploitations est la production de bois avec 37 %. Avec 37 % également, les autres revenus sont aussi importants (par exemple, les travaux pour des tiers ou la production de bois-énergie). Les contributions publiques, par exemple pour l’entretien des forêts de protection, représentent un bon quart (26 %) des revenus des entreprises forestières (fig. 6).

Les dépenses de 576 millions de francs suisses dépassent les recettes des exploitations. Avec 41 %, les dépenses de personnel sont significatives. 26 % des dépenses sont imputables aux prestations de service pour l’exploitation forestière (abattage et débardage). Les autres dépenses d’exploitation représentent une part de 28 % des dépenses (fig. 6).

Investissements

Les exploitations forestières ont réalisé des investissements d’environ 60 millions de francs en 2019. Grâce aux contributions publiques (27 millions de francs) et aux produits des désinvestissements (1 million de francs), les investissements nets des exploitations forestières s’élèvent à environ 32 millions de francs en 2019 (fig. 7).

Les installations de desserte (53 %) occupent une place importante dans le domaine des investissements. Les autres investissements se répartissent entre les bâtiments d’exploitation (13 %), les machines (29 %) et les autres investissements (6 %).

Informations supplémentaires

Une présentation plus détaillée des structures de propriété forestière, de la récolte du bois, des plantations et des données financières des entreprises forestières est disponible en ligne sur la base de données statistiques interactive « STAT-TAB » de l’OFS. Un grand nombre de chiffres clés de la statistique forestière se trouvent en outre dans la statistique de poche « L’économie forestière en Suisse » de l’OFS.

Un compte rendu plus détaillé de la situation des coûts et des performances des entreprises REF, ainsi qu’une interprétation complète des résultats 2008 - 2019, sont disponibles dans les publications REF de Bürgi et al. (2021, 2018, 2015 et 2012). Un grand nombre de chiffres clés du REF sont disponibles en ligne sur la base de données statistiques interactive « STAT-TAB » de l’OFS.

Résultats détaillés de la FS

Bibliographie

Abegg M, Brändli U-B, Cioldi F, Fischer C, Herold-Bonardi A, Huber M, Keller M, Meile R, Rösler E, Speich S, Traub B, Vidondo B (2014) Schweizerisches Landesforstinventar – Ergebnistabelle Nr. 140194: Zuwachs. Birmensdorf: Eidgenössische Forschungsanstalt WSL

Bundesamt für Statistik (2019) Regionalstatistik - Gemeinden. Abrufbar unter: www.bfs.admin.ch

Bundesamt für Statistik (2018) Ergebnisse der Schweizerischen Forststatistik. Interaktive Statistikdatenbank STAT-TAB, abrufbar unter: www.bfs.admin.ch

Bürgi P, Pauli B (2013) Ansätze zur Senkung der Holzerntekosten in der Schweiz. Schweizerische Zeitschrift für Forstwesen, 164 (6): 148–157

Zesiger A (2015) Schweizerische Forststatistik. Steckbrief – Erhebung / Statistik. Neuchâtel: Bundesamt für Statistik. 2 p.