Dans tous les cantons du versant nord des Alpes, les volumes de bois infesté jusqu'à fin 2018 ont augmenté par rapport à l'année précédente. Toutefois, la situation varie considérablement d'un canton à l'autre, comme le montrent les résultats de l'enquête menée par le groupe «Protection de la forêt suisse» à l'Institut fédéral de recherches WSL.

Les scolytes ont profité du matériel de ponte en quantité suffisante que constituaient les épicéas affaiblis par les tempêtes et la sécheresse. Au cours de l'hiver 2017/18, plusieurs tempêtes ont renversé ou brisé des dizaines de milliers d'arbres au nord des Alpes; au printemps, la température a nettement augmenté, et en été, le manque persistant de pluie et la chaleur ont créé des conditions de sécheresse extrême. La combinaison de ces facteurs a rendu de nombreux épicéas sensibles aux scolytes et a fourni à ces derniers le gîte et le couvert en abondance. Grâce aux températures élevées, une troisième génération de typographes a même pu se développer en basse altitude, au lieu de deux générations comme c'est généralement le cas. La population de scolytes hivernants est donc plus importante que les années précédentes.

La plus forte augmentation des quantités de bois infesté a été enregistrée par les services forestiers du Plateau, du Jura et de la Suisse orientale (sauf les Grisons). Dans un cas extrême, le volume de bois infesté a été multiplié par douze par rapport à l'année précédente. Dans les Alpes et dans le sud de la Suisse, en revanche, la quantité de bois infesté est restée presque constante ou a même légèrement diminué dans certaines régions. Le nombre de nouveaux foyers d’infestation a presque doublé par rapport à l'année précédente, passant de 4 600 à 9 100 dans toute la Suisse.

Perspective

Si l'année 2019 est à nouveau très chaude et sèche, la situation d'infestation accrue devrait rester critique. Même en l'absence de nouveaux événements extrêmes tels que tempêtes ou sécheresses, il reste assez d’épicéas affaiblis et attractifs de l'année précédente en forêt. Il est probable que le retour à la normale ne se fasse que lentement.

En conséquence, il faudra maintenir en 2019 une surveillance attentive et la lutte contre le typographe. En particulier, les peuplements dans lesquels de nombreux épicéas sur pied ont été infestés par des scolytes en 2018 devraient être observés régulièrement à partir d'avril. Ceci s'applique surtout aux zones touchées par les tempêtes, aux lisières forestières ensoleillés et aux foyers de 2018.

Afin d'éviter de nouvelles infestations, les épicéas infestés doivent être abattus et évacués ou écorcés en temps utile, c'est-à-dire avant que la génération suivante de scolytes ne s'envole. Des pièges à phéromones peuvent être installés pour faciliter la surveillance. De plus, l'outil Bostryche Simulation online du WSL aide à estimer le début régional de l’envol des typographes.